traiter-le-cancer-de-la-prostate-avec-des-ultrasons
Traiter le cancer de la prostate par des moyens traditionnels, tels que la chirurgie ou la radiothérapie, comporte certains risques. Certains patients peuvent souffrir d’impuissance, de problèmes urinaires et de troubles intestinaux. Des options de traitement plus sûres et moins invasives pourraient toutefois bientôt être disponibles, notamment une nouvelle technique par ultrasons guidée par l’IRM qui a permis d’éliminer les cancers chez 80% des sujets au cours d’une étude d’une durée d’un an.

Une nouvelle technique pour traiter le cancer de prostate

Cette nouvelle technique s’appelle l’ablation par ultrasons transurétrale guidée par IRM (TULSA) et est en cours de développement depuis plusieurs années. Cette technologie très peu invasive utilise une tige qui pénètre dans la prostate par l’urètre et émet des ondes sonores contrôlées afin de chauffer et de détruire les tissus malades tout en préservant les tissus sains.
Ces ondes proviennent de 10 éléments chauffants intégrés dans la tige pour traiter la totalité de la prostate. Un algorithme contrôle lequel de ces éléments émet les ondes sonores ainsi que leur forme, leur direction et leur force. Tout cela se passe dans un scanner IRM, permettant aux médecins de garder un œil attentif sur les tissus qui sont chauffés et dans quelle proportion.
« Contrairement aux autres systèmes à ultrasons sur le marché, vous pouvez surveiller le processus d’ablation en temps réel et obtenir un retour immédiat de la dose thermique et de l’efficacité de l’IRM », déclare le coauteur de l’étude, Steven S. Raman, professeur de radiologie et d’urologie. à l’Université de Californie à Los Angeles. « C’est une procédure ambulatoire avec un temps de récupération minimale. »
Raman et son équipe ont récemment mis TULSA à l’essai dans le cadre d’une étude portant sur 115 hommes atteints d’un cancer de la prostate à risque faible ou intermédiaire, limité à cette glande. Le traitement par TULSA a été administré à la totalité de la glande pendant une durée moyenne de 51 minutes. Les cancers ont ensuite été réévalués 12 mois plus tard.

Une efficacité de 80% un an après ce traitement

Cela a révélé des résultats extrêmement prometteurs. Le «cancer cliniquement significatif» a été totalement éliminé chez 80% des sujets un an après le traitement par TULSA. Soixante-cinq pour cent des sujets n’ont présenté aucun signe de cancer dans leurs biopsies, tandis que l’antigène prostatique spécifique (PSA), le biomarqueur du cancer de la prostate, a été réduit d’une médiane de 95%.
Aucune complication intestinale n’a été signalée, alors que le groupe a signalé de faibles taux de toxicité, de faibles taux d’impuissance et une incontinence quasi nulle. En outre, cette technique peut être utilisée pour traiter d’autres maladies bénignes, telles que l’élargissement de la prostate. En moyenne, le volume de la prostate chez les sujets de cette étude a diminué de 39 cm cube contre 3,8 cm cubes après le traitement.
« Ce système a deux particularités », explique Raman. »Premièrement, vous pouvez contrôler avec beaucoup plus de précision l’endroit que vous allez traiter, en préservant la continence et la fonction sexuelle. Deuxièmement, vous pouvez le faire pour le cancer de la prostate diffus et localisé, ainsi que pour les maladies bénignes, y compris l’hyperplasie bénigne. »

TULSA est déjà approuvé par la FDA

Les scientifiques travaillent actuellement à de nouvelles études pour appuyer ces résultats. TULSA étant déjà approuvé pour une utilisation clinique en Europe et ayant récemment reçu l’autorisation de la FDA comme étant sûr et efficace pour le traitement de la prostate aux États-Unis, on espère que cette technique pourra atteindre une utilisation clinique aux États-Unis dans un proche avenir.
Les scientifiques ont présenté les résultats de cette recherche lors de la réunion annuelle de la Radiological Society of North America. Un résumé est disponible en ligne ici, tandis que la vidéo ci-dessous offre un aperçu de TULSA en action.

Source: Radiological Society of North America
Crédit photo : Pixabay