Le-Groenland-a-perd-des-millions-de-tonnes-de-glace-en-moins-de-30-ans
La calotte glaciaire du Groenland fond rapidement. Entre 1992 et 2018, elle a perdu 3,8 billions de tonnes de glace, selon une évaluation exhaustive. Cela correspond à peu près au scénario le plus extrême de pertes futures de glace établi dans le cinquième rapport d’évaluation en 2014 du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat.

Le Groenland a perdu 3,8 billions de tonnes de glace

Dans ce scénario, le niveau mondial de la mer augmentera de 52 à 98 centimètres d’ici 2100, en partie à cause de la perte de glace du Groenland. « Les pertes de glace suivent le scénario supérieur du GIEC », dit Andrew Shepherd de l’Université de Leeds, au Royaume-Uni.
Shepherd et ses collègues ont combiné 26 ensembles de données satellitaires pour reconstituer comment la calotte glaciaire a changé en raison du réchauffement climatique. « L’incertitude de notre estimation est beaucoup plus faible que celle de n’importe quelle autre estimation », dit-il.
Jusqu’à la fin des années 1990, la calotte glaciaire du Groenland était équilibrée. La glace a disparu lorsque les glaciers se sont déversés dans la mer et lorsque la surface de la glace a fondu en été, mais elle a été remplacée par des chutes de neige en hiver. Le climat s’était déjà réchauffé, mais les températures au Groenland étaient encore pour la plupart inférieures à 0°Celsius.
Toutefois, depuis le début des années 2000, les pertes l’ont emporté sur les gains. « Les glaciers fondent trop vite parce que les océans sont trop chauds « , dit Shepherd. « La surface fond parce que l’air est trop chaud. C’est un double assaut pour le Groenland. »

Des risques d’inondation

Depuis 1992, les pertes de glace du Groenland ont contribué pour 1,06 centimètre à l’élévation du niveau de la mer, selon cette nouvelle analyse. Les pertes de glace des autres glaciers et de l’Antarctique, ainsi que l’expansion de l’eau de mer au fur et à mesure qu’elle se réchauffe, se combinent pour donner une augmentation totale d’environ 7,5 centimètres sur à peu près la même période.
Ces petites élévations ne suffisent pas à submerger de façon permanente une grande partie des terres, mais elles augmentent considérablement le risque d’inondation côtière pendant les tempêtes. Les inondations causées par de grandes tempêtes comme l’ouragan Sandy, qui a touché une partie de l’Amérique du Nord en 2012, sont aggravées par la montée du niveau de la mer.
« Les petits changements du niveau de la mer ont leur importance, dit Shepherd. « Si nous ne faisons rien, un million de personnes au Royaume-Uni seront touchées par les inondations côtières chaque année en 2100. C’est juste à partir de 60 ou 70 centimètres d’élévation du niveau de la mer. »

Des pertes irréversibles

On estime que 630 millions de personnes dans le monde vivent sur des terres côtières qui seront inondées chaque année d’ici 2100. Les pertes de glace du Groenland devraient s’accélérer et pourraient devenir irréversibles.
Cette recherche a été publiée dans Nature.
Source : New Scientist
Crédit photo : Pixabay