le-cerveau-des-mères-se-synchronisent-lorsque-les-mères-sont-heureuses
Le cerveau des mères et des bébés peut fonctionner ensemble comme un « méga-réseau » en synchronisant les ondes cérébrales lorsqu’elles interagissent avec leurs enfants. Le niveau de connectivité des ondes cérébrales varie en fonction de l’état émotionnel de la mère : lorsque les mères expriment des émotions plus positives, leur cerveau devient beaucoup plus connecté avec celui de leur bébé. Cela peut aider le bébé à apprendre et son cerveau à se développer.

Les cerveaux fonctionnent comme un « méga-réseau »

Cette recherche a utilisé une méthode appelée électroencéphalographie double (EEG) pour examiner les signaux cérébraux des mères et des bébés pendant qu’ils interagissaient entre eux. Ils ont découvert que les mères et les bébés avaient tendance à synchroniser leurs ondes cérébrales – un effet connu sous le nom de connectivité neuronale interpersonnelle – particulièrement dans la fréquence de 6-9 hertz, la plage alpha infantile.
En examinant les qualités et la structure de la connectivité neuronale interpersonnelle à l’aide d’une méthode mathématique d’analyse de réseau, les chercheurs ont pu voir comment l’information circule dans chaque cerveau, et aussi comment les deux cerveaux fonctionnent ensemble comme un réseau.
Les mères et les bébés ont tendance à passer beaucoup de temps ensemble dans un état émotionnel positif, dans lequel leur cerveau est très connecté. Cette étude a révélé qu’une interaction positive, avec beaucoup de contact visuel, améliorait la capacité du cerveau de la mère et du nourrisson à fonctionner comme un seul système. Cela favorise le partage et la circulation de l’information entre la mère et l’enfant.

Les capacités des changements sont déterminés par les expériences du bébé

« Grâce à nos précédents travaux, nous savons que lorsque la connexion neurale entre les mères et les bébés est forte, les bébés sont plus réceptifs et prêts à apprendre de leurs mères », a déclaré le Dr Vicky Leong qui a dirigé cette étude. « À cette étape de la vie, le cerveau du bébé a la capacité de changer considérablement, et ces changements sont déterminés par les expériences du bébé. En utilisant un ton émotionnel positif pendant les interactions sociales, les parents peuvent mieux communiquer avec leur bébé et stimuler le développement de ses capacités mentales. »
Ces résultats suggèrent également que les bébés de mères déprimées peuvent avoir moins de signes d’apprentissage en raison d’une connexion neurale affaiblie entre la mère et l’enfant. Les mères dont l’état mental est constamment faible ou négatif en raison d’une dépression clinique ont tendance à avoir moins d’interactions avec leur bébé. Le ton de leur discours est souvent plus plat, elles ont beaucoup moins de contacts visuels et elles sont moins susceptibles de réagir lorsque leur bébé essaie d’attirer leur attention.
« Nos émotions changent littéralement la façon dont notre cerveau partage l’information avec les autres – les émotions positives nous aident à communiquer d’une manière beaucoup plus efficace », a déclaré le Dr Leong. « La dépression peut avoir un effet très négatif sur la capacité d’un parent à établir des liens avec son bébé. Tous les indices sociaux qui favorisent normalement la connexion sont moins facilement accessibles à l’enfant, de sorte que l’enfant ne reçoit pas l’apport émotionnel optimal dont il a besoin pour s’épanouir. »

Les émotions modifient la connexion entre deux individus au niveau neural

La communication émotionnelle entre les parents et leurs enfants est cruciale au début de la vie, mais on en sait peu sur ses fondements neuronaux. Il s’agit de la première étude d’imagerie cérébrale qui analyse deux personnes apparentées visant à déterminer si et comment la connectivité neuronale interpersonnelle des bébés avec leur mère est affectée par la qualité émotionnelle de leur interaction sociale.
En tant qu’espèce sociale, les humains partagent des états émotionnels avec les autres. Ce travail montre comment les émotions modifient la connexion entre deux individus au niveau neural. Les chercheurs affirment que leurs conclusions s’appliquent à de nombreux autres types de liens d’affiliation, y compris entre les couples, les amis, les frères et les sœurs, où chaque personne est très en harmonie les uns avec les autres. La force de l’effet dépendra probablement de la mesure dans laquelle les deux personnes se connaissent bien et du niveau de confiance entre elles.
Cette recherche a été publiée dans NeuroImage.
Source : University of Cambridge
Crédit photo : Pixabay

Une mère heureuse synchronise son cerveau avec celui du bébémartinBiologie
Le cerveau des mères et des bébés peut fonctionner ensemble comme un 'méga-réseau' en synchronisant les ondes cérébrales lorsqu'elles interagissent avec leurs enfants. Le niveau de connectivité des ondes cérébrales varie en fonction de l'état émotionnel de la mère : lorsque les mères expriment des émotions plus positives, leur...