identification-du-mécanisme-qui-permet-aux-moustiques-de-devenir-réstants-aux-insecticides
Les chercheurs de LSTM ont identifié un tout nouveau mécanisme par lequel les moustiques porteurs du paludisme deviennent résistants aux insecticides. Après avoir étudié Anopheles gambiae et Anopheles coluzzii, deux importants vecteurs du paludisme en Afrique de l’Ouest, ils ont découvert qu’une famille particulière de protéines de liaison situées dans les pattes de l’insecte était fortement exprimée dans les populations résistantes.

Un nouveau mécanisme de la résistance a été découvert

Le premier auteur d’un article, le Dr Victoria Ingham, explique : « nous avons découvert un mécanisme de la résistance aux insecticides tout à fait nouveau qui, selon nous, contribue à une plus faible efficacité des moustiquaires que prévue. Une protéine, qui est basée dans les pattes, entre en contact direct avec l’insecticide lorsque l’insecte se pose sur une moustiquaire – cette découverte en fait une excellente cible potentielle pour les futurs additifs aux moustiquaires afin de surmonter ce mécanisme de la résistance ».
En examinant les moustiques anophèles, l’équipe a démontré que la protéine de liaison, SAP2, était élevée dans les populations résistantes et encore plus élevée après un contact avec les pyréthrinoïdes, la classe d’insecticide utilisée sur toutes les moustiquaires. Ils ont constaté que lorsque les niveaux de cette protéine étaient réduits, par un silence partiel du gène, la sensibilité aux pyréthrinoïdes était rétablie; inversement, lorsque cette protéine était exprimée à des niveaux élevés, les moustiques auparavant sensibles devenaient résistants aux pyréthrinoïdes.

Identifier de nouveaux produits contre les moustiques résistants

L’augmentation de la résistance aux insecticides dans les populations de moustiques a mené à l’utilisation de nouvelles moustiquaires traitées aux insecticides contenant le produit synergique butoxyde de pipéronyle (PBO) ainsi que des insecticides pyréthroïdes. Le butoxyde de pipéronyle cible l’un des mécanismes de la résistance les plus répandus et les plus puissants, causé par le cytochrome P450s. Cependant, les moustiques développent continuellement de nouveaux mécanismes pour résister à ces produits et la découverte de ce nouveau mécanisme offre une excellente occasion d’identifier d’autres produits synergiques qui pourraient être utilisés pour rétablir la sensibilité aux insecticides.

Prévenir la propagation du paludisme

Le professeur Hilary Ranson est l’auteur principal du document explique : « les moustiquaires imprégnées d’insecticide de longue durée restent une des interventions clés dans la lutte contre le paludisme. Il est vital que nous comprenions et atténuions la résistance au sein des populations de moustiques afin de garantir que les réductions des taux de maladie des précédentes décennies ne soient pas inversées. Ce mécanisme de la résistance nouvellement découvert pourrait nous fournir une cible importante pour la surveillance des moustiques qui résistent aux insecticides et le développement de nouveaux composés capables de bloquer cette résistance aux pyréthrinoïdes et de prévenir la propagation du paludisme ».
Cette étude a été publiée dans Nature.
Source : Liverpool School of Tropical Medicine
Crédit photo : Pixabay

Les moustiques détectent les insecticides par leurs pattesmartinBiologie
Les chercheurs de LSTM ont identifié un tout nouveau mécanisme par lequel les moustiques porteurs du paludisme deviennent résistants aux insecticides. Après avoir étudié Anopheles gambiae et Anopheles coluzzii, deux importants vecteurs du paludisme en Afrique de l'Ouest, ils ont découvert qu'une famille particulière de protéines de liaison situées...