des-fourmis-se-nourrissent-avec-urine-sur-une-île-australienne
Sophie Petit, écologiste de la faune, campait sur l’île Kangarou en Australie du Sud une nuit de 2016, lorsqu’elle a remarqué quelque chose d’inhabituel : des fourmis à sucre s’agitaient à un endroit dans le sable où elle avait uriné quelques heures auparavant. À son grand étonnement, les fourmis sont revenues, nuit après nuit, pour chercher à faire encore plus d’urine,

Des fourmis se nourrissent d’urine

Maintenant, 3 ans plus tard, Petit a découvert que ces insectes ont besoin de l’urine des gens, des kangourous et d’autres animaux, afin de survivre dans l’environnement pauvre en nutriments de cette île. Ils la préfèrent même à l’eau sucrée.
Un an après son voyage de camping, Petit, qui est basée à l’Université d’Australie du Sud, à Mawson Lakes, est retournée sur l’île Kangarou avec une autre collègue. L’endroit est plein de broussailles sèches et de bois, et sa brousse, sujette aux incendies, pousse sur un sol sablonneux et pauvre en nutriments. Il abrite également des dizaines de milliers de kangourous – d’où son nom.
Les chercheurs se demandaient ce que les fourmis obtenaient exactement de l’urine. Outre de l’eau, le principal composant chimique de l’urine est l’urée, un composé contenant de l’azote, que tous les êtres vivants utilisent pour fabriquer des protéines et d’autres molécules biologiques. Les chercheurs ont préparé plusieurs solutions : certaines contenaient la concentration d’urée que l’on retrouve dans l’urine des humains et des kangourous (2,5 %), d’autres contenaient jusqu’à 10 % d’urée et d’autres n’étaient que de l’eau sucrée. Puis, ils les ont versées sur le sol sablonneux la nuit et ont attendu que les fourmis à sucre reviennent.

Plus la concentration d’urée était élevée et plus il y avait de fourmis

Après un mois d’observation, l’équipe a découvert que plus la concentration d’urée était élevée, plus il y avait de fourmis à sucre. Et malgré leur nom, ces insectes favorisaient même l’urine relativement faible en urée du kangourou ainsi que l’urine humaine par rapport à l’eau sucrée, rapportent les scientifiques ce mois-ci dans Austral Ecology.
De plus, les fourmis ont raclé les taches d’urine nuit après nuit pendant des semaines, longtemps après que le sable ait séché. Elles ont même creusé des tunnels de quelques centimètres dans le sable à la recherche de résidus d’urine. Petit a observé avec admiration les fourmis qui creusaient avec acharnement dans les taches d’urine, s’attendant à ce qu’elles finissent par passer à autre chose. Mais à chaque fois qu’elle vérifiait, elle disait : « elles étaient toujours là. »
D’autres fourmis sont connues pour récolter l’azote de l’urine, mais c’est la première fois que ces insectes sont observés en train d’extraire de l’urine sèche du sable. Petit croit que les fourmis sont à la recherche de l’urée, dont elles peuvent extraire l’azote. Les sols de l’île sont « très pauvres en azote », explique-t-elle.

L’urine est une ressource précieuse

« L’urine est en fait la boisson sportive de la nature », dit Walter Kaspari, un écologiste de l’Université de l’Oklahoma, Norman, qui n’a pas participé à cette étude. Selon lui, les plaques d’urine peuvent être particulièrement précieuses pour les fourmis, qui ont souvent des colonies établies et peuvent donc exploiter sans cesse la même plaque voisine. « Pour une colonie chanceuse, » dit Kaspari, « un bon site d’élimination de l’urine est une ressource qui continue à rapporter. »
Source : Science
Crédit photo : Pixabay

Des fourmis vivent de l'urine sur une île australiennemartinBiologie
Sophie Petit, écologiste de la faune, campait sur l'île Kangarou en Australie du Sud une nuit de 2016, lorsqu'elle a remarqué quelque chose d'inhabituel : des fourmis à sucre s'agitaient à un endroit dans le sable où elle avait uriné quelques heures auparavant. À son grand étonnement, les fourmis...