le-jus-du-fruit-airelle-permet-de-réduire-la-pression-artérielle
Si vous souffrez d’hypertension artérielle, vous voudrez peut-être essayer d’intégrer le jus d’airelle à votre alimentation. En effet, dans une étude menée à l’Université d’Helsinki, ce jus s’est effectivement révélé capable d’abaisser la tension artérielle des rats de laboratoire hypertendus.

Le jus d’airelles permet d’abaisser la tension artérielle

Tout d’abord, on savait déjà qu’en consommant des baies riches en micronutriments appelés polyphénols, les gens pouvaient réduire leur risque de maladie cardiovasculaire. Ces baies comprenaient non seulement les airelles rouges, mais aussi les cassis et les canneberges.
La chercheuse de l’Université d’Helsinki, Anne Kivimäki, a récemment entrepris d’alimenter différents groupes de rats qui avaient été génétiquement modifiés pour souffrir d’hypertension avec ce jus pressé à froid et dilué de ces trois baies et non mélangés.
Après huit à 10 semaines de ce régime (dans lequel le jus a remplacé l’eau des animaux), elle a constaté que plus les niveaux de polyphénols de l’un des jus étaient élevés, mieux ils amélioraient la fonction des vaisseaux sanguins compromis. Le jus d’airelle seule, cependant, excellait également dans la prévention de l’expression de gènes associés à une inflammation de faible intensité de l’aorte.
Cela a permis chez les rats qui avaient consommé du jus d’airelle d’abaisser leur tension artérielle de façon plus importante que ceux qui avaient bu les autres jus. On pense que le jus d’airelle a également contribué à cette baisse sur le système rénine-angiotensine des animaux, qui régule la pression artérielle.

Ce jus ne remplace pas les médicaments

«Ces résultats expérimentaux nécessitent des preuves provenant d’études cliniques comparatives sur des individus en bonne santé avec une pression artérielle légèrement élevée qui, à ce stade, ont reçu des conseils nutritionnels et de style de vie au lieu d’un traitement médicamenteux», explique Kivimäki. « Le jus d’airelle ne remplace pas les médicaments, mais c’est un bon complément alimentaire. »
Cette recherche a été publiée dans E-thesis.
Source : Université d’Helsinki
Crédit photo : Pixabay