des-légumes-racines-grillés-ont-été-découvert-dans-une-caverne
Les fragments carbonisés trouvés dans des cendres vieilles de 170 000 ans dans une grotte d’Afrique australe sont les légumes-racines grillés les plus anciens jamais découverts. Cette découverte suggère que le véritable « régime paléo » comprenait beaucoup de légumes rôtis riches en glucides, semblables aux pommes de terre.

Les cendres des légumes-racines de 170 000 ans

« Je pense que les gens avaient un régime alimentaire très équilibré, une combinaison de glucides et de protéines », dit le chef d’équipe Lyn Wadley de l’Université du Witwatersrand en Afrique du Sud. En 2016, son équipe a trouvé des dizaines de morceaux de charbon de bois dans une couche de cendres dans la grotte Border en Afrique du Sud. Cette couche de cendres est ce qui reste des feux de cuisson des premiers habitants.
En étudiant au microscope les restes carbonisés de centaines de plantes modernes au cours des années suivantes, l’équipe a finalement pu identifier les fragments qui se trouvaient dans le charbon comme étant les rhizomes – des tiges souterraines – d’une plante du genre hypoxis.
Des graines de légumes-racines et d’autres plantes ont été trouvées sur un site vieux de 800 000 ans en Israël où vivaient les premiers humains, mais la découverte de Wadley est la première preuve évidente de rôtissage.
Les rhizomes des plantes hypoxis peuvent être aussi riches en glucides que les pommes de terre, bien qu’ils aient plutôt un goût d’igname, dit Wadley. On les mange encore aujourd’hui, bien qu’elles soient devenues rares en raison de la surexploitation.

Ces légumes faisaient partie de l’alimentation courante

L’abondance des fragments de ces rhizomes suggère que les légumes-racines grillés faisaient partie de l’alimentation courante, contrairement à la notion populaire selon laquelle les premiers humains mangeaient beaucoup de viande. La plupart des versions du régime paléolithique, qui est censé être basé sur ce que mangeaient nos ancêtres, conseillent aux gens d’éviter les pommes de terre ainsi que les céréales.
« J’ai bien peur que le régime paléo ne soit vraiment qu’une fausse appellation « , dit Wadley. Nos idées sur ce que les premiers peuples mangeaient peuvent être faussées par le fait que les restes de plantes ont moins de chances de survivre que les os d’animaux dépecés – et que les chercheurs les étudient rarement.  » De nombreux archéologues ne s’intéressent pas aux restes botaniques », dit Wadley.

Les habitants mangeaient des rhizomes plus appétissants

Bien qu’une espèce d’hypoxie soit communément appelée la pomme de terre africaine (Hypoxis hemerocallidea), les rhizomes jaunes de cette plante sont amers, et elle est utilisée à des fins médicales plutôt que comme aliment. Les habitants des grottes de Border mangeaient probablement une espèce dont les rhizomes étaient faits de chair blanche, comme Hypoxis angustifoli, qui est beaucoup plus appétissante.
Cette recherche a été publiée dans Science
Source : New Scientist
Crédit photo : Pixabay