allaitement-contre le-paludisme
Des chercheurs de l’Université d’Australie-Occidentale ont fait le premier pas vers la compréhension de la possibilité pour les mères qui allaitent de vacciner naturellement leur bébé contre le paludisme – l’une des maladies contagieuses les plus mortelles au monde. « Plus de 200 millions de cas de paludisme sont signalés chaque année dans le monde, la majorité en Afrique », a déclaré le professeur Verhasselt.

Le lait maternel contre le paludisme

«Les nourrissons âgés de moins de cinq ans représentent les deux tiers de tous les décès dus au paludisme, ce qui souligne la nécessité d’une prévention précoce et efficace de l’infection au palustre.» Elle a déclaré que l’allaitement maternel était le moyen le plus efficace de prévenir les maladies infantiles et les décès liés aux maladies infectieuses respiratoires et gastro-intestinales.
« Avant cette étude, il y avait des preuves contradictoires sur la question de savoir si l’allaitement pouvait prévenir le paludisme et nous voulions trouver un moyen d’assurer la prévention du paludisme par l’allaitement », a-t-elle déclaré.
«Sur la base de notre expertise de longue date dans le domaine de la prévention des allergies par l’allaitement maternel, nous proposons l’hypothèse originale selon laquelle la présence d’antigènes du paludisme dans le lait maternel stimule la défense immunitaire anti-paludéenne et réduit le risque de paludisme chez les nourrissons allaités. Ce serait un moyen de vacciner naturellement les nourrissons. »

15% des échantillons de lait maternel contiennent des antigènes du paludisme

Les chercheurs ont étudié si deux protéines du parasite du paludisme étaient détectables dans le lait maternel de mères d’Ouganda, un pays où le paludisme est répandu. Cette recherche montre pour la première fois que 15% des échantillons de lait maternel provenant de mères porteuses des parasites du paludisme sans symptômes contiennent des antigènes du paludisme dans leur lait maternel.
Ils proposent que ces mères soient celles qui sont capables de vacciner naturellement leur enfant contre le paludisme car leur lait contiendrait des protéines du paludisme ainsi que des facteurs supplémentaires spécifiquement adaptés au système immunitaire des bébés.
Le professeur Verhasselt a déclaré que la prochaine étape consistait à mener des essais cliniques pour évaluer ces résultats immunologiques et le risque de paludisme chez les nourrissons exposés à un ou plusieurs antigènes du paludisme par le lait maternel.

Vacciner les mères pour augmenter les niveaux d’antigène

« Nous pourrions alors proposer de vacciner les mères qui allaitent pour augmenter les niveaux d’antigène du paludisme dans le lait maternel, en garantissant la vaccination et la protection à long terme de leur enfant », a-t-elle déclaré.
Cette recherche a été publié dans JAMA Pediatrics.
Source : University of Western Australia
Crédit photo : Pixabay