le-perroquet-gris-aide-un-amis-dans-le-besoin
Les perroquets gris africains ne sont pas seulement très intelligents, ils sont aussi très altruistes. Ils sont la première espèce d’oiseaux à passer un test qui leur demande à la fois de comprendre quand un autre animal a besoin d’aide et de donner réellement de l’aide. Outre les humains, seuls les bonobos et les orangs-outans ont réussi ce test, explique Désirée Brucks de l’Université Ludwig Maximilian de Munich en Allemagne. Même les chimpanzés et les gorilles ont échoué à ce test.

Les perroquets gris aident un ami


Désirée Brucks et son collègue Auguste von Bayern ont d’abord entraîné les oiseaux un à la fois. Chacun a reçu une pile de jetons – de petites rondelles de métal – et a appris qu’ils pouvaient les échanger contre de la nourriture en les faisant passer à un chercheur par un petit trou dans un écran transparent. Un mois plus tard, deux oiseaux ont été séparés l’un de l’autre et du chercheur par des écrans transparents. Un oiseau a reçu une pile de jetons, mais le trou entre lui et le chercheur a été bouché.
Le trou de l’autre oiseau pour le chercheur était ouvert mais il n’avait pas de jetons. Il y avait un troisième trou dans l’écran entre les deux oiseaux, leur permettant de faire passer des objets.
Sept des huit perroquets gris d’Afrique ont passé des jetons par ce troisième trou aux oiseaux sans jetons, afin que ces derniers puissent les échanger contre de la nourriture. Ils passaient plus de jetons lorsque l’autre oiseau était celui avec lequel ils passaient beaucoup de temps – un « ami » – mais le faisaient quand même pour les oiseaux avec lesquels ils passaient peu de temps.
S’il n’y avait pas d’autre oiseau, ils ne passaient pas de jetons dans le trou. Et si les deux trous du chercheur étaient fermés pour qu’aucun oiseau ne puisse échanger ses jetons contre de la nourriture, ceux qui avaient des jetons en donnait beaucoup moins à l’autre oiseau.

Ils doivent comprendre les besoins des autres oiseaux

Ce test exige à la fois de l’intelligence et de l’altruisme, dit Brucks. « Ils doivent comprendre que l’autre oiseau a besoin d’aide. » L’équipe de chercheurs a également testé des aras à tête bleue, mais a constaté qu’ils n’aidaient pas les autres aras. En 2015, une autre équipe a découvert que les corbeaux ne s’aidaient pas non plus.
Il n’est pas clair pourquoi les gris africains aident les autres, ni pourquoi les autres espèces d’oiseaux ne le font pas. Les perroquets gris africains avec les jetons n’ont pas eu de bénéfice immédiat : ce n’est que très rarement qu’un oiseau qui reçoit de la nourriture en donne à l’oiseau qui lui donne des jetons.
Cette recherche a été publiée dans Current Biology.
Source : Science
Crédit photo : Pixabay