le-changement-climatique-permet-aux-plantes-de-pousser-plus-haut-sur-lemont-everest
Selon une étude des données satellitaires, plus de plantes vivent plus haut sur les pentes du mont Everest et des montagnes environnantes qu’il y a 25 ans. Cette croissance pourrait avoir des répercussions plus importantes, en particulier sur l’écoulement de l’eau dans les rivières qui descendent de l’Himalaya, selon Karen Anderson de l’Université d’Exeter, au Royaume-Uni. « Si l’écologie change, cela aura des répercussions sur l’hydrologie, mais personne n’avait envisagé cela auparavant. »

Plus de plantes prospèrent sur le mont Everest

L’équipe d’Anderson a utilisé les données des satellites Landsat de la NASA pour étudier la végétation en haute altitude dans l’Himalaya entre 1993 et 2018. Ils se sont concentrés sur la zone subnivale : la plus haute des régions situées au-dessus de la limite des arbres qui a une couverture de neige saisonnière, mais non permanente. Les plantes subnivales sont petites et comprennent des graminées, des arbustes et des mousses.
Les chercheurs ont constaté que la zone subnivale de l’Himalaya était vaste, avec une superficie au moins 5 fois plus grande que celle couverte par la glace et la neige permanente. Cependant, comme elle est difficile d’accès, elle n’a pas été étudiée très souvent. « Il n’y a presque pas de données écologiques sur cette région », dit Anderson.
En suivant les régions qui apparaissent en vert sur les images satellitaires, l’équipe a constaté que la végétation subnivale avait augmenté depuis 1993. La plus forte augmentation s’est produite entre 5 000 et 5 500 mètres au-dessus du niveau de la mer.

Les émissions de gaz à effet de serre

On ne sait pas exactement pourquoi les plantes colonisent à ces hauteurs. « Ma première hypothèse serait que le principal facteur est la suppression de la limitation de la température », dit Anderson. L’Himalaya se réchauffe particulièrement rapidement, en raison des émissions de gaz à effet de serre de sorte que des élévations qui étaient autrefois trop froides pour les plantes peuvent maintenant être des zones favorables aux plantes.
Des études venant d’une modélisation ont suggéré que les plantes vont se déplacer vers le haut pour cette raison. Selon M. Anderson, le dioxyde de carbone supplémentaire présent dans l’air pourrait également favoriser la croissance des plantes.
La plupart des études sur l’impact du réchauffement de l’Himalaya se sont concentrées sur la fonte des glaciers, ce qui pourrait avoir des conséquences désastreuses sur l’approvisionnement en eau des pays voisins, comme l’Inde, en provoquant des inondations et des sécheresses. Selon M. Anderson, il est essentiel de découvrir comment ces nouvelles plantes affecteront l’écoulement de l’eau.

Des plantes à 6159 mètres

Elles pourraient absorber plus de chaleur que le sol nu, ce qui entraînerait un réchauffement plus important et donc une fonte plus rapide de la neige – ou elles pourraient retenir l’humidité, ce qui contribuerait à régulariser le flux d’eau. On ne sait pas exactement jusqu’où les plantes pourraient monter à mesure que le climat se réchauffe. Déjà, on a trouvé des plantes rustiques qui poussent à 6159 mètres au-dessus du niveau de la mer.
Cependant, les plus hauts sommets des montagnes sont encore très froids, elles sont recouvertes de neige et de glace et il y a peu de sol. « Que des plantes puissent ou non pousser sur le sommet de l’Everest, je pense que c’est peu probable que cela nous touche de notre vivant ou même d’ici 100 ans », dit Anderson.
Cette recherche a été publiée dans Global Change Biology.
Source : New Scientist
Crédit photo : Pixabay

Plus de plantes vivent sur le mont Everest qu'il y a 25 ansmartinChangement Climatique
Selon une étude des données satellitaires, plus de plantes vivent plus haut sur les pentes du mont Everest et des montagnes environnantes qu'il y a 25 ans. Cette croissance pourrait avoir des répercussions plus importantes, en particulier sur l'écoulement de l'eau dans les rivières qui descendent de l'Himalaya, selon...