les-dinosaures-à-bec-de-canard-avaient-la-peau-grise

Un dinosaure momifié a une peau si bien préservée que l’on peut voir les restes de ses vaisseaux sanguins et le pigment,. L’analyse de ce pigment suggère que l’animal avait une peau grise foncée. Cependant, il est possible que la peau de ce dinosaure ait contenu d’autres pigments qui n’ont pas été préservés.

Des indices sur la couleur des hadrosaures

Bien que les peintures de dinosaures les montrent souvent avec une peau de couleur vive, nous savons en fait très peu de choses sur leurs vraies couleurs. La plupart des dinosaures ne sont connus que par leurs os et leurs dents, et dans de rares cas où leur peau a été préservée, il a rarement été possible de détecter des molécules des pigments. Nous en savons plus sur la couleur des premiers oiseaux parce que les plumes se conservent plus facilement.

Matteo Fabbri et Jasmina Wiemann de l’Université Yale à New Haven, Connecticut, et leurs collègues ont étudié un hadrosaure momifié, ou dinosaure à bec de canard, qui avait conservé de la peau sur son flanc. En examinant de fines tranches de sa peau, ils ont découvert des globules qui ressemblent à des cellules et des fragments de vaisseaux sanguins. La peau était exceptionnellement fine pour un si gros animal, et étonnamment similaire à celle des oiseaux – même si les hadrosaures n’étaient pas si proches d’eux.

Des nuances de gris

Wiemann, une experte en molécules fossilisées qui avait déjà découvert que certains dinosaures pondaient des œufs bleus, a analysé chimiquement ce matériau. Elle a découvert que certaines molécules originales étaient préservées, sous une forme dégradée. « Jusqu’à présent, nous voyions la peau d’un point de vue morphologique, mais maintenant nous savons que ce genre de fossiles contient aussi des informations moléculaires », explique Fabbri.

L’essentiel, c’est que cette peau contenait de petits granulés contenant de l’eumélanine : un pigment qui donne une couleur gris foncé. Si l’eumélanine était le seul pigment que possédait l’hadrosaure, il aurait eu une peau grise comme celle d’un rhinocéros ou d’un éléphant.

Cependant, Fabbri souligne que l’hadrosaure pouvait avoir d’autres pigments qui ont été détruits lors de la fossilisation, donc on ne peut pas être sûr qu’il était gris. « Nous pouvons exclure le brun ou le rougeâtre », dit-il, car les pigments rougeâtres contiennent du soufre, et il n’y avait pas de soufre dans les granules contenant des pigments à l’intérieur de la peau de ce dinosaure. Mais d’autres couleurs comme le vert, l’orange, le bleu ou le jaune ne peuvent pas être exclu.

Leur ornement aurait révélé plus de détails sur la couleur

Si l’hadrosaure était vraiment gris, cela aurait du sens, dit Fabbri, parce qu’ils étaient de grands herbivores et se déplaçaient en troupeaux, un peu comme les éléphants d’aujourd’hui à la peau grise. Il est malheureux qu’il n’y ait pas eu de peau préservée sur la tête, dit Fabbri, car les têtes des hadrosaures avaient un ornement élaborée et étaient peut-être plus colorées que le reste du corps.

cette recherche a été publiée dans Palaeontology.

Source : New Scientist
Crédit photo : Pixabay