injecter-du-CO2-pour-extraire-les-métaux-précieux-des-batteries

Le dioxyde de carbone capturé pourrait être utilisé pour extraire des métaux utiles lors du processus de recyclage, comme les batteries de téléphones intelligents, plutôt que d’être simplement enfoui sous terre. Cette technique pourrait rendre plus économique le captage du gaz à effet de serre avant qu’il ne pénètre dans l’atmosphère.

Utiliser le CO2 pour extraire des métaux utiles 

« En extrayant simultanément les métaux par injection de CO2, on ajoute de la valeur à un processus dont on sait qu’il est coûteux », explique Julien Leclaire, de l’Université de Lyon.

Le dioxyde de carbone est la principale cause du changement climatique, c’est pourquoi de nombreuses personnes ont tenté de mettre au point des technologies pour le capter lorsqu’il est émis par des centrales électriques et d’autres sources. Ce gaz peut ensuite être stocké sous terre. Le problème est que ce type de captage et de stockage du carbone (CSC) est coûteux. « Personne ne veut en payer le prix », explique M. Leclaire.

Pour rendre le CSC plus attrayant, l’équipe de M. Leclaire a trouvé une utilisation pour ce gaz. Son équipe a recueilli du CO2 dans les gaz d’échappement d’une voiture, l’a refroidi, puis l’a pompé dans un mélange de produits chimiques appelés polyamines. Le CO2 s’est combiné avec les polyamines pour former de nombreuses molécules de différentes formes et tailles.

L’équipe a découvert que ce procédé permettait de trier les mélanges de métaux, car un métal peut se dissoudre dans un liquide tandis qu’un autre formera un solide. Dans une série d’expériences, ils ont réussi à séparer le lanthane, le cobalt et le nickel – qui sont tous utilisés dans les piles, les téléphones intelligents, les ordinateurs et les aimants.

Une façon plus écologique de recycler les piles

Si ce procédé peut être mis à l’échelle pour répondre aux besoins des industries, il pourrait s’agir d’une façon plus écologique de recycler les piles et autres appareils électriques, explique M. Leclaire. On utilise normalement des produits chimiques très réactifs, comme des acides, qui sont potentiellement polluants. Le remplacement de ces produits par du CO2 devrait permettre de réduire considérablement l’empreinte écologique, dit-il.

D’autres chercheurs et entreprises tentent de convertir le CO2 en matériaux utiles comme les plastiques, qui sont normalement produits à partir du pétrole, mais cela est chimiquement difficile. M. Leclaire affirme que son approche est plus conforme au comportement naturel du CO2. « Au lieu d’imiter ce que nous savons déjà faire avec le pétrole, trouvons des choses que nous ne pouvons faire qu’avec le CO2 », dit-il.

Cette recherche a été publiée dans Nature Chemistry.

Source : New Scientist
Crédit photo : Pixabay