briser-la-barrière-hémato-encéphalique-pour-attaquer-les-tumeurs-cancéreuses
Le cerveau est une sorte de forteresse, équipée de barrières conçues pour empêcher les agents pathogènes d’entrer. Mais cette protection a un coût : ces barrières interfèrent avec le système immunitaire face à des menaces comme le glioblastome, une tumeur cérébrale mortelle pour laquelle il existe peu de traitements efficaces.

Avoir accès aux tumeurs en brisant les barrières cérébrales

Les chercheurs de Yale ont trouvé une nouvelle façon de contourner les défenses naturelles du cerveau lorsqu’elles sont contre-productives en faisant passer les sauveteurs du système immunitaire à travers le système de drainage des forteresses.
« Les gens avaient pensé que le système immunitaire ne pouvait pas faire grand-chose pour combattre les tumeurs cérébrales », a déclaré l’auteur principal correspondant Akiko Iwasaki. « Les patients atteints de glioblastome n’ont jamais pu bénéficier d’une immunothérapie. »
Bien que le cerveau lui-même n’ait aucun moyen direct d’éliminer les déchets cellulaires, les minuscules vaisseaux qui tapissent l’intérieur du crâne recueillent les déchets tissulaires et les éliminent par le système lymphatique du corps, qui filtre les toxines et les déchets de l’organisme. C’est ce système d’élimination que les chercheurs ont exploité dans cette nouvelle étude.

Augmenter la réponse immunitaire avec plus de VEGF-C

Ces vaisseaux se forment peu après la naissance, stimulés en partie par le gène connu sous le nom de facteur de croissance endothélial vasculaire C, ou VEGF-C. Jean-Leon Thomas professeur agrégé de neurologie se demandait si le VEGF-C pourrait augmenter la réponse immunitaire si le drainage lymphatique était accru.
Et l’auteur principal, Eric Song, un étudiant travaillant dans le laboratoire d’Iwasaki, voulait savoir si le VEGF-C pouvait être utilisé spécifiquement pour augmenter la surveillance du système immunitaire sur les tumeurs de glioblastome. Ensemble, l’équipe a cherché à savoir si l’introduction du VEGF-C par ce système de drainage permettrait de cibler spécifiquement les tumeurs du cerveau.
L’équipe a introduit le VEGF-C dans le liquide céphalorachidien de souris atteintes de glioblastome et a observé une augmentation du niveau de réponse des lymphocytes T face aux tumeurs du cerveau. Combiné avec des inhibiteurs des points de contrôle du système immunitaire qui sont couramment utilisés en immunothérapie, le traitement au VEGF-C a permis de prolonger de façon significative la survie des souris.

Le VEGF-C avec des médicaments d’immunothérapie anticancéreuse a ciblé les tumeurs

En d’autres termes, l’introduction du VEGF-C, en association avec des médicaments d’immunothérapie anticancéreuse, a apparemment suffi pour cibler les tumeurs cérébrales. « Ces résultats sont remarquables », a déclaré M. Iwasaki. « Nous aimerions apporter ce traitement aux patients atteints de glioblastome. Le pronostic avec les traitements actuels est encore si sombre. »
Cette recherche a été publiée dans Nature.
Source : Yale University
Crédit photo : Pixabay

Briser les barrières cérébrales pour attaquer les tumeurs cancéreusesmartinbiothechnologie
Le cerveau est une sorte de forteresse, équipée de barrières conçues pour empêcher les agents pathogènes d'entrer. Mais cette protection a un coût : ces barrières interfèrent avec le système immunitaire face à des menaces comme le glioblastome, une tumeur cérébrale mortelle pour laquelle il existe peu de traitements...