des-nanoparticules-salées-se-glissent-dans-les-tumeurs-cancéreuses-pour-les-tuer
Provoquer la mort des cellules cancéreuses tout en laissant intactes les cellules saines est au cœur des objectifs des scientifiques qui recherchent des formes de traitements plus sûres et plus efficaces pour cette maladie, et des scientifiques en ont maintenant mis au point un qui utilise un article ménager commun.

Des nanoparticules qui introduisent des ions sodium

Les nouvelles nanoparticules de l’équipe fonctionnent comme des chevaux de Troie pour introduire des ions dans les cellules cancéreuses et provoquer leur destruction, tout en montrant un potentiel en tant que vaccin pour se prémunir contre la récurrence.
Cette technologie a été développée par des chercheurs de l’Université de Géorgie, dont les nouvelles armes contre le cancer sont des nanoparticules de chlorure de sodium (SCNPs), également connues sous le nom de sel, qui agissent en jouant sur la vulnérabilité des cellules cancéreuses aux ions sodium. La membrane d’une cellule joue un rôle essentiel en maintenant une faible concentration de sodium à l’intérieur de la cellule et une concentration de sodium beaucoup plus élevée à l’extérieur.
Cet équilibre est la clé du fonctionnement des cellules cancéreuses et offre ainsi aux scientifiques une excellente occasion d’intervenir en provoquant un déséquilibre. Les SCNPs sont capables de masquer les ions sodium qu’ils transportent afin qu’ils ne soient pas reconnus par la membrane, et une fois qu’ils pénètrent à l’intérieur, ils peuvent déclencher le chaos dans leur nouvelle maison.
Une fois à l’intérieur de la cellule cancéreuse, ils se dissolvent en millions d’ions sodium qui ravagent les systèmes de défense de la cellule et finissent par rompre la membrane. Cela induit non seulement la mort des cellules, mais permet aux molécules de fuir à l’extérieur et de déclencher une réponse immunitaire pour combattre davantage les agents pathogènes.

Un mécanisme très toxique pour les cellules cancéreuses

«Ce mécanisme est en fait plus toxique pour les cellules cancéreuses que les cellules normales, car les cellules cancéreuses ont des concentrations de sodium relativement élevées au départ», explique Jin Xie, professeur agrégé de chimie à l’Université de Géorgie.
L’injection des SNCPs dans des tumeurs chez la souris a supprimé la croissance tumorale de 66% par rapport à un groupe témoin, sans provoquer aucun signe d’effets secondaires sur les principaux organes. Ils ont également été testés comme vaccin, où les scientifiques ont livré les SCNPs à des souris avec des cellules cancéreuses qui avaient déjà été tuées. Les animaux ont montré une «résistance beaucoup plus grande» face aux cellules cancéreuses, tous restant sans tumeur pendant plus de deux semaines.
Le potentiel vaccinal des SCNPs a été testé sur des modèles de tumeurs, où une tumeur primaire a été injectée avec des SCNPs et les tumeurs secondaires ne l’ont pas été. Le volume des tumeurs secondaires a augmenté beaucoup plus lentement, affichant un taux d’inhibition des tumeurs de 53%.

Ces nanoparticules de sel ne sont pas nocives pour les patients

Lorsqu’elles sont dans le corps, les SCNPs se transforment simplement en sel, ce qui signifie qu’ils ne sont pas nocifs pour les patients. Avec des travaux supplémentaires, cette technologie pourrait apporter des traitements plus efficaces avec moins d’effets secondaires pour plusieurs sortes de cancers.
«Cette technologie est bien adaptée à la destruction localisée des cellules cancéreuses», explique Xie. «Nous nous attendons à ce qu’il trouve de vastes applications dans le traitement du cancer de la vessie, de la prostate, du foie et de la tête et du cou.»
Cette recherche a été publiée dans Advanced Materials.
Source : University of Georgia
Crédit photo : Pixabay

Utiliser du sel pour combattre des tumeurs cancéreusesmartinbiothechnologie
Provoquer la mort des cellules cancéreuses tout en laissant intactes les cellules saines est au cœur des objectifs des scientifiques qui recherchent des formes de traitements plus sûres et plus efficaces pour cette maladie, et des scientifiques en ont maintenant mis au point un qui utilise un article ménager...