un-composé-dérivé-des-bananes-contre-le-virus-de-la-grippe
Ce qui empêche la plupart des chercheurs en maladies infectieuses de dormir la nuit n’est pas un virus infâme comme Ebola. Au contraire, la grippe, communément appelée influenza, continue d’être un danger clair et présent pour l’humanité.

Un composé dérivé des bananes

« La grippe est un problème énorme, car le virus rend malade ou tue des millions de personnes chaque année », déclare le docteur David Markovitz, professeur de médecine interne à la division des maladies infectieuses de la médecine du Michigan. « Une nouvelle pandémie, sur le modèle de la grippe espagnole de 1918, pourrait tuer des millions de personnes ici et à l’étranger ».
Dans un nouvel article le premier auteur Evelyn Coves-Datson, une étudiante en doctorat, Akira Ono, professeur de microbiologie et d’immunologie et leur équipe ont montré qu’un composé modifié basé sur une lectine de banane, une protéine appelée H84T, a un réel potentiel d’utilisation clinique contre la grippe.
Dans leurs expériences, plus de 80 % des souris exposées à une forme de la grippe généralement mortelle ont pu survivre à cette maladie après avoir reçu une injection de cette protéine, même jusqu’à 72 heures après l’exposition. L’équipe fournit également des preuves de l’innocuité de ce composé. Un inconvénient de la lectine de banane naturelle – qui peut provoquer une inflammation en activant de manière inappropriée le système immunitaire – n’était pas présent chez les souris ayant reçu le H84T.
En outre, comme le H84T est une protéine, on craignait que l’organisme ne la reconnaisse comme étrangère et ne développe des anticorps contre elle, la neutralisant ainsi ou lui causant des dommages. L’équipe a constaté que si les souris développaient des anticorps contre le H84T, elles ne semblaient pas avoir des effets néfastes.

Ce composé cible le sucre mannose

Ce composé fonctionne parce qu’il cible un sucre appelé mannose, qui est présent à l’extérieur de certains virus mais pas sur la plupart des cellules saines. « Nous avons pu démontrer que le H84T bloque la capacité du virus de la grippe à fusionner avec des structures appelées endosomes dans la cellule humaine, une étape clé de l’infection », explique-t-il. Ce faisant, leur capacité à se répliquer et à faire des ravages a été neutralisée.
Étonnamment, ce mécanisme d’action, la fixation de sucres de mannose à la surface des virus, signifie que le H84T est efficace non seulement contre la grippe, mais aussi contre le virus Ebola, le VIH, la rougeole, le MERS, une nouvelle maladie virale mortelle qui a été signalée pour la première fois en Arabie saoudite en 2012, le SRAS et tous les autres coronavirus que l’équipe a testé.

Un effet synergique 

Plus prometteur encore est le fait que ce composé fonctionne là où le Tamiflu (oseltamivir), la thérapie standard actuelle pour la grippe, a échoué. « Nous avons également démontré qu’il pourrait y avoir un effet synergique entre le H84T et le Tamiflu », explique M. Markovitz.
Cette recherche a été publiée dans PNAS.
Source : University of Michigan
Crédit photo : Pixabay

Un composé dérivé des bananes contre la grippemartinbiothechnologie
Ce qui empêche la plupart des chercheurs en maladies infectieuses de dormir la nuit n'est pas un virus infâme comme Ebola. Au contraire, la grippe, communément appelée influenza, continue d'être un danger clair et présent pour l'humanité. Un composé dérivé des bananes 'La grippe est un problème énorme, car le virus...