utiliser-du-venin-de-serpent-comme-médicament
Pour la première fois, des glandes de serpent ont été cultivées en laboratoire sous la forme de petites boules de cellules appelées organoïdes qui se remplissent de venin. Cela pourrait signifier la fin de la « traite » des serpents pour leur venin pour produire des traitements contre leurs morsures.

Des organoïdes qui produisent du venin

En plus de devenir une nouvelle source de venin pour les fabricants d’antidotes contre les morsures de serpent, ces amas de cellules, d’un millimètre de diamètre seulement, pourraient également être utilisés pour transformer les substances biochimiques contenues dans le venin de serpent en médicaments, car elles ont de puissants effets sur l’organisme, explique Hans Clevers de l’université d’Utrecht aux Pays-Bas.
Son équipe a créé les organoïdes du venin en prélevant de minuscules amas de tissu glandulaire soit sur des embryons de serpent à l’intérieur des œufs, soit, dans un cas, sur un serpent de compagnie qui a dû être piqué pour cause de maladie.
L’antivenin est actuellement fabriqué en gardant les serpents en captivité et en extrayant leur venin. Celui-ci est injecté à faible dose à des chevaux, qui fabriquent des anticorps pouvant être prélevés dans leur sang. « Ce n’est pas un médicament du 21e siècle, c’est un médicament du 19e siècle », déclare M. Clevers.
Pouvoir fabriquer du venin en laboratoire permettrait d’éliminer la partie où les serpents doivent être élevés. C’est une activité à forte intensité de main-d’œuvre, donc seules quelques espèces de serpents sont élevées de cette façon, mais on estime à 600 le nombre d’espèces venimeuses, ce qui signifie que nous n’avons pas d’antidotes pour de nombreuses morsures de serpents.

Une source de nouveaux médicaments

À plus long terme, les anticorps contre le venin produit en laboratoire pourraient être fabriqués par des cellules immunitaires cultivées dans une boîte, en évitant toute utilisation de ces animaux.
Les organoïdes des glandes des serpents pourraient également être une source de nouveaux médicaments. Plusieurs médicaments sont basés sur des composés trouvés dans le venin de serpent, comme une importante classe de médicaments qui abaissent la pression sanguine, qui est basée sur une toxine fabriquée par la vipère des fosses brésilienne.
Le venin d’une espèce donnée contient généralement plus de 20 composés ayant des effets biologiques. Ils peuvent agir en affectant le cœur, le système nerveux ou en paralysant les muscles. « Nous prévoyons de créer une grande biobanque de glandes à venin de différentes espèces pour la bioprospection », explique M. Clevers.
Cette recherche a été publiée dans Cell.
Source : New Scientist
Crédit photo : Pixabay

Utiliser du venin de serpent comme médicamentmartinbiothechnologie
Pour la première fois, des glandes de serpent ont été cultivées en laboratoire sous la forme de petites boules de cellules appelées organoïdes qui se remplissent de venin. Cela pourrait signifier la fin de la 'traite' des serpents pour leur venin pour produire des traitements contre leurs morsures. Des organoïdes...