la-prise-de-viagra-au-début-du-travail-réduit-le-besoin-avoir-une-césarienne
Un essai clinique a montré que la prise de Viagra pendant les toutes premières phases du travail réduisait de moitié la nécessité d’avoir une césarienne d’urgence.

Le Viagra aide à augmenter le flux sanguin

Pendant le travail, les contractions réduisent le flux sanguin vers le placenta, ce qui signifie que certains bébés ne reçoivent pas assez d’oxygène. Environ une césarienne d’urgence sur quatre est pratiquée pour cette raison.
« La plupart des bébés sont capables de tolérer cette réduction du flux sanguin, mais ils peuvent ne pas le faire si, par exemple, le placenta ne fonctionne pas correctement ou si les contractions sont trop fréquentes », explique Sailesh Kumar de l’Université du Queensland, en Australie.
Kumar et ses collègues se sont demandé si le médicament sildénafil, vendu sous la marque Viagra, pouvait aider à augmenter le flux sanguin vers un fœtus de la même manière qu’il augmente le flux sanguin vers le pénis chez les hommes souffrant de dysfonctionnement érectile. Ce médicament agit en élargissant les vaisseaux sanguins.
Les chercheurs ont donné du sildénafil à 150 femmes enceintes qui allaient accoucher au Mater Mothers’ Hospital de Brisbane. Pour établir une comparaison, 150 autres femmes qui étaient également en début de travail ont reçu des pilules placebo.

Le nombre de césariennes d’urgence a diminué de 51 % 

Dans le groupe ayant reçu du sildénafil, le nombre de césariennes d’urgence a diminué de 51 % et le nombre de cas d’irrégularité du rythme cardiaque de 43 %, qui est des signes que le fœtus est en détresse. Aucun effet secondaire majeur n’a été observé.
Les chercheurs prévoient maintenant un essai plus important impliquant plus de 3000 femmes dans 16 hôpitaux à travers l’Australie. Ils espèrent confirmer que le sildénafil réduit la détresse fœtale et les césariennes d’urgence, et démontrer que cela se traduit par de meilleurs résultats pour la santé des bébés.
Si cela s’avère être le cas, le sildénafil pourrait être prescrit systématiquement avant l’accouchement, car il est difficile de prédire qui aura des problèmes de détresse fœtale et aura besoin d’une césarienne d’urgence, explique M. Kumar.

Un traitement utile dans les pays à faibles revenus

Ce traitement peut être particulièrement utile dans les pays à revenu faible ou moyen, où la détresse du fœtus est plus susceptible d’entraîner des conséquences indésirables comme des lésions cérébrales, une infirmité motrice cérébrale et même la mort, explique M. Kumar. « Cette simple intervention pourrait contribuer à réduire ces problèmes », dit-il.
Cette recherche a été publiée dans American Journal of Obstetrics and Gynecology.
Source : New Scientist
Crédit photo : Pixabay