des-nanoparticules-qui-imitent-les-bactériophages
Selon l’Organisation mondiale de la santé, l’une des plus grandes menaces pour la santé humaine est la bactérie résistante aux antibiotiques. Chaque jour, les gens utilisent des antibiotiques pour prévenir ou combattre des infections, mais à mesure que les bactéries évoluent et développent une résistance, des maladies telles que la pneumonie et la tuberculose deviennent plus difficiles à traiter.

Des nanoparticules contre les bactéries

Des chercheurs de l’Université de Notre Dame travaillent à lutter contre ce problème en recherchant des bactériophages qui tueraient des bactéries. Les phages sont des virus qui infectent les bactéries, de la même manière que les bactéries infectent les humains, mais les bactéries doivent encore développer une résistance à ces virus.
Dans une étude des chercheurs ont montré l’efficacité d’un nouveau système à base de nanoparticules qui imite la façon dont les phages attaquent et tuent les bactéries. « Au lieu de rechercher de nouveaux antibiotiques, nous voulions créer un système qui pourrait traiter les infections et est une option à laquelle les bactéries ne pourraient pas développer une résistance », a déclaré Prakash Nallathamby, professeur et auteur de cette étude. « Lors de notre première tentative, notre équipe a réussi à tuer plusieurs types de bactéries cliniquement pertinentes avec plus ou moins de succès. »
Le système de nanoparticules imitant les phages est constitué de nanoparticules d’or recouvertes d’argent réparties de façon aléatoire sur un noyau de silice. Ces nanoparticules ont une taille inférieure à 100 nm et présentent un rapport surface/volume élevé, ce qui permet une interaction étroite avec les membranes microbiennes.
Une fois créé, ce système a été testé pour sa capacité à tuer quatre types de bactéries connues pour avoir des souches résistantes aux antibiotiques: le Corynebacterium striatum, l’Enterococcus faecalis, le Pseudomonas aeruginosa et le Staphylococcus aureus. Ces diverses bactéries causent un certain nombre de problèmes de santé, notamment les infections des prothèses, une septicémie, une méningite et des infections du sang.

Une efficacité de 100 % avec des peptides intégrés à ces nanoparticules 

Les premiers tests ont montré que le système de nanoparticules était efficace de 50 à 90% pour tuer ces souches bactériennes sauf pour Pseudomonas aeruginosa, qui n’était efficace qu’à 21%. Cependant, lorsque les chercheurs ont combiné ce système de nanoparticules avec des peptides qui ont également une activité antibactérienne, ce système a été efficace à 100% pour tuer les bactéries.
« En incorporant un élément biologique, nous avons pu rendre ces nanoparticules plus efficaces pour éliminer les bactéries lors des tests initiaux », a déclaré Nallathamby. « Maintenant, nous cherchons activement à nous associer à une organisation qui ferait avancer ce système vers une étude clinique . »
Cette recherche a été publiée dans Nanoscale Advances.
Source : University of Notre Dame
Crédit photo : Pixabay