la-maladie-de-parkinson-débuterait-avant-la-naissance
Selon une nouvelle étude les personnes qui développent la maladie de Parkinson avant l’âge de 50 ans sont peut-être nées avec des cellules cérébrales anormales qui n’ont pas été détectées pendant des décennies. De plus cette recherche indique un médicament qui pourrait potentiellement aider à corriger ces processus pathologiques.

Des cellules cérébrales anormales qui n’ont pas été détectée

La maladie de Parkinson survient lorsque les neurones cérébraux qui produisent de la dopamine, une substance qui aide à coordonner les mouvements musculaires, deviennent affaiblis ou meurent. Les symptômes, qui s’aggravent avec le temps, comprennent la lenteur des mouvements, les muscles rigides, les tremblements et la perte d’équilibre. Dans la plupart des cas, la cause exacte de ce trouble des neurones n’est pas claire et il n’existe aucun remède connu.
« La maladie de Parkinson d’apparition précoce est particulièrement débilitante car elle frappe les gens à un jeune âge dans leur vie », a déclaré Michele Tagliati, MD et professeure au département de neurologie des Cedars-Sinai. « Cette recherche donne l’espoir qu’un jour nous serons en mesure de détecter et de prendre des mesures précoces pour prévenir cette maladie chez les personnes à risque. »
Pour réaliser cette étude, l’équipe de recherche a généré des cellules souches spéciales, appelées cellules souches pluripotentes induites (iPSC), à partir de cellules de patients atteints de la maladie de Parkinson à un stade précoce. Ce processus implique de ramener les cellules sanguines adultes « dans le temps » à un état embryonnaire primitif. Ces iPSC peuvent ensuite produire n’importe quel type de cellule du corps humain, tous génétiquement identiques aux propres cellules du patient. L’équipe a utilisé les iPSC pour produire des neurones dopaminergiques à partir de chaque patient, puis les a cultivées dans une boîte et analysé les fonctions des neurones.

Deux anomalies clés

Les chercheurs ont détecté deux anomalies clés dans les neurones dopaminergiques:

  • Une accumulation d’une protéine appelée alpha-synucléine, qui survient dans la plupart des formes de la maladie de Parkinson.
  • Des lysosomes défectueux, des structures cellulaires qui agissent comme des «poubelles» pour que la cellule se décompose et élimine les protéines. Ce dysfonctionnement pourrait provoquer une accumulation d’alpha-synucléine.

« Ce que nous constatons en utilisant ce nouveau modèle sont les tout premiers signes de la maladie de Parkinson à un stade précoce », a déclaré Svendsen. « Il semble que les neurones dopaminergiques chez ces personnes puissent continuer à mal gérer l’alpha-synucléine sur une période de 20 ou 30 ans, provoquant l’émergence des symptômes de la maladie de Parkinson. »

Le médicament PEP005 permet de réduire les niveaux d’alpha-synucléine

Les chercheurs ont également utilisé leur modèle iPSC pour tester un certain nombre de médicaments qui pourraient inverser les anomalies qu’ils avaient observées. Ils ont découvert que ce médicament, le PEP005, déjà approuvé par la Food and Drug Administration (FDA) pour le traitement des précancéreux de la peau, réduisait les niveaux élevés d’alpha-synucléine dans les neurones dopaminergiques.
Ce médicament a également contré une autre anomalie qu’ils ont trouvée dans les neurones dopaminergiques des patients – des niveaux élevés d’une version active d’une enzyme appelée protéine kinase C – bien que le rôle de cette version enzymatique dans la maladie de Parkinson ne soit pas clair.

Traiter ou prévenir la maladie de Parkinson à un stade précoce

Pour les prochaines étapes, Tagliati a déclaré que l’équipe prévoyait d’étudier comment le PEP005, actuellement disponible sous forme de gel, pourrait être administré au cerveau pour potentiellement traiter ou prévenir la maladie de Parkinson à un stade précoce. L’équipe prévoit également davantage de recherches pour déterminer si les anomalies trouvées par cette étude dans les neurones des jeunes patients Parkinsoniens existent également dans d’autres formes de cette maladie.
Cette recherche a été publiée dans Nature Medicine.
Source : Cedars-Sinai Medical Center
Crédit photo sur Unsplash : Sharon McCutcheon

La maladie de Parkinson débuterait avant la naissancemartinBiologie
Selon une nouvelle étude les personnes qui développent la maladie de Parkinson avant l'âge de 50 ans sont peut-être nées avec des cellules cérébrales anormales qui n'ont pas été détectées pendant des décennies. De plus cette recherche indique un médicament qui pourrait potentiellement aider à corriger ces processus pathologiques. Des...