variations-génétiques-et-cancer-de-la-thyroïde-liés-aux-smartphones
Les radiations des téléphones portables sont associées à des taux plus élevés de cancer de la thyroïde chez les personnes présentant des variations génétiques dans des gènes spécifiques, selon une nouvelle étude menée par la Yale School of Public Health.

Cancer de la thyroïde et variations génétiques 

Des chercheurs ont examiné plus de 900 personnes dans le Connecticut et ont constaté que les personnes présentant certains polymorphismes de nucléotides simples (des variations génétiques communément appelées SNP) étaient nettement plus susceptibles de développer un cancer de la thyroïde, une glande de la gorge qui contrôle le métabolisme.
Les utilisateurs de téléphones portables ayant des SNP dans quatre des gènes étudiés avaient plus de deux fois plus de chances de développer un cancer. Les chercheurs ont examiné un total de 176 gènes et ont identifié 10 SNP qui semblent augmenter le risque de cancer de la thyroïde chez les utilisateurs de téléphones portables.
Cette étude serait la première à examiner l’influence combinée de la susceptibilité génétique et de l’utilisation de téléphones portables en relation avec le cancer de la thyroïde.
« Notre étude apporte la preuve que la susceptibilité génétique influence la relation entre l’utilisation de téléphones portables et le cancer de la thyroïde », a déclaré le docteur Yawei Zhang, professeur au département des sciences de la santé environnementale de l’école de santé publique de Yale. « D’autres études sont nécessaires pour identifier les populations qui sont sensibles aux radiofréquences (RFR) et comprendre l’exposition aux RFR par les différents modes d’utilisation des téléphones portables ».

D’autres recherches sont nécessaires pour confirmer ces résultats

Ces résultats suggèrent que les susceptibilités génétiques jouent un rôle important dans l’utilisation des téléphones portables et le risque de développer un cancer de la thyroïde et pourraient aider à identifier les sous-groupes potentiellement à risque. Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour confirmer ces résultats et mieux comprendre l’interaction entre le rayonnement des téléphones portables et les SNP au sein de gènes spécifiques.
Les taux de cancer de la thyroïde sont en augmentation constante aux États-Unis et dans de nombreuses autres régions du monde, a déclaré M. Zhang. Selon le dernier rapport de l’American Cancer Society, il y a eu près de 53 000 nouveaux cas de cancer de la thyroïde aux États-Unis, entraînant 2 180 décès. Le cancer de la thyroïde est trois fois plus fréquent chez les femmes et est diagnostiqué à un âge plus précoce que la plupart des autres cancers.
Zhang a noté que cette étude s’est appuyée sur des données recueillies entre 2010 et 2011, lorsque les smartphones ont été introduits sur le marché. À l’époque, seule une petite proportion de personnes possédait un smartphone. Par conséquent, si l’utilisation du téléphone portable a augmenté le risque de cancer de la thyroïde, c’est peut-être dû à l’utilisation de téléphones portables des générations antérieures qui étaient plus couramment utilisés lorsque les données ont été recueillies.

Une évaluation plus approfondie 

En outre, le passage aux smartphones a également entraîné un changement majeur dans la manière dont les téléphones portables sont utilisés (par exemple, les SMS par rapport aux appels téléphoniques). Par conséquent, les conclusions de la présente étude justifient une évaluation plus approfondie dans de futures études, a-t-elle déclaré.

Notre étude apporte la preuve que la susceptibilité génétique influence la relation entre l’utilisation du téléphone portable et le cancer de la thyroïde. -Yawei Zhang

Cette recherche a été publiée dans Environmental Research.
Source : Yale University
Crédit photo : PXhere

Cancer de la thyroïde : smartphones et variations génétiquesmartinBiologie
Les radiations des téléphones portables sont associées à des taux plus élevés de cancer de la thyroïde chez les personnes présentant des variations génétiques dans des gènes spécifiques, selon une nouvelle étude menée par la Yale School of Public Health. Cancer de la thyroïde et variations génétiques  Des chercheurs ont examiné...