traiter-une-forme-courante-insuffisance-cardiaque-avec-un-médicament-anticancéreux-déjà-approuvé-
Lorsqu’il s’agit de trouver de nouveaux traitements contre une maladie, il n’est pas toujours nécessaire de réinventer la roue – des médicaments déjà utilisés pour d’autres affections peuvent faire l’affaire. Et s’il s’avère qu’un médicament préexistant fonctionne, le faire approuver pour le traitement d’une autre maladie peut se produire beaucoup plus rapidement que pour des médicaments entièrement nouveaux jamais testés auparavant chez l’homme.

Traiter le HFpEF avec un médicament déjà approuvé

Cette approche accélérée peut maintenant s’avérer précieuse – et potentiellement vitale – pour les patients atteints d’une forme courante d’insuffisance cardiaque connue sous le nom d’insuffisance cardiaque avec fraction d’éjection préservée (HFpEF). De nombreux patients atteints de HFpEF se sentent bien au repos, mais souffrent d’essoufflement lors d’efforts physiques parce que leur cœur malade a du mal à pomper suffisamment de sang pour répondre aux besoins de leur corps. La HFpEF s’aggrave généralement au fil du temps, entraînant une baisse importante de la qualité de vie, et souvent la mort.
Grâce aux nouvelles recherches menées par des scientifiques de la Lewis Katz School of Medicine de la Temple University (LKSOM), un médicament capable d’inverser le HFpEF pourrait bientôt être disponible. Les chercheurs montrent qu’un médicament déjà approuvé pour le traitement de certaines formes de cancer peut inverser les symptômes du HFpEF et améliorer la capacité du cœur à pomper le sang dans un modèle animal de HFpEF.
«Bien que de nombreuses personnes souffrent de HFpEF, il n’existe actuellement aucune thérapie approuvée par la FDA pour ce problème», a expliqué Steven Houser, PhD et doyen associé principal de cette recherche et professeur de physiologie. « Nous savons par des recherches antérieures que les cellules cardiaques de patients atteints de HFpEF ont des anomalies dans les gènes qui sont activés ainsi que dans la fonction des protéines qu’ils codent », a déclaré le Dr Houser. «Les altérations de l’expression des gènes et de l’activité des protéines dans ces cellules impliquent un groupe d’enzymes connues sous le nom d’histone désacétylases (HDAC). Des médicaments qui bloquent l’activité les HDAC ont déjà été développés pour d’autres maladies, dont le cancer. »

Étudier les effets d’un inhibiteur des HDAC sur les animaux atteints de HFpEF

Les chercheurs ont donc ont décidé d’étudier les effets d’un inhibiteur des HDAC connu sous le nom de SAHA sur les animaux atteints de HFpEF. Le SAHA, commercialisé sous le nom de Zolinza, est actuellement approuvé pour le traitement d’une forme de cancer connue sous le nom de lymphome cutané à cellules T.
L’équipe de chercheurs a testé le SAHA dans un modèle HFpEF dans lequel les animaux ont progressivement développé des signes typiques cette maladie, notamment une perte de tolérance à l’exercice et un essoufflement. Les animaux ont également subi des changements tissulaires similaires à ceux qui se produisent chez l’homme, notamment le remodelage cardiaque. Le remodelage cardiaque dans le HFpEF implique généralement une hypertrophie et un épaississement du ventricule gauche, qui est la pompe principale qui pousse le sang riche en oxygène dans l’aorte et à travers le corps.
Après le traitement avec le SAHA, les animaux HFpEF ont montré des améliorations étonnantes. En particulier, l’hypertrophie du ventricule gauche était significativement réduite chez les animaux traités par rapport aux animaux non traités. Le ventricule gauche était également beaucoup plus détendu chez les animaux traités, permettant au cœur de se remplir et de pomper plus efficacement.

Comprendre les cellules cardiaques du HFpEF anormales

« Ce qui est remarquable, c’est que cette thérapie pourrait être testée chez des patients atteints de HFpEF aujourd’hui », a déclaré le Dr Houser. Les équipes Houser et McKinsey prévoient maintenant d’étudier ce qui rend spécifiquement les cellules cardiaques du HFpEF anormales. «Les cellules sont toujours en vie mais fonctionnent anormalement. Si nous pouvons comprendre pourquoi, nous pourrons peut-être trouver une approche plus ciblée pour développer des traitements entièrement nouveaux pour le HFpEF », a déclaré le Dr Houser.
Cette recherche a été publiée dans Science Translational Medicine.
Source : Temple University
Crédit photo : Pixabay

Traiter l'insuffisance cardiaque avec le ZolinzamartinBiologie
Lorsqu'il s'agit de trouver de nouveaux traitements contre une maladie, il n'est pas toujours nécessaire de réinventer la roue - des médicaments déjà utilisés pour d'autres affections peuvent faire l'affaire. Et s'il s'avère qu'un médicament préexistant fonctionne, le faire approuver pour le traitement d'une autre maladie peut se produire...