un-bandage-intelligent-qui-change-de-couleur-pour-indiquer-une-infection
La résistance des bactéries aux antibiotiques évolue rapidement, et il faut du temps pour savoir si une infection est résistante ou non aux médicaments. Des chercheurs de l’Académie des sciences chinoise ont trouvé une solution; ils  ont mis au point un pansement intelligent qui change de couleur pour signaler la présence de bactéries résistantes ou sensibles aux médicaments. Il peut ensuite libérer des antibiotiques ou d’autres produits chimiques afin de tuer les bactéries.

Un bandage intelligent qui change de couleur

Ce pansement commence à être vert lorsqu’il est appliqué sur la plaie. S’il détecte des bactéries qui sont encore sensibles aux antibiotiques, il jaunit en quatre heures environ. S’il détecte des bactéries résistantes aux médicaments, il devient rouge.
Ce mécanisme de changement de couleur est rendu possible par des produits chimiques intégrés au pansement. Les bactéries pathogènes créent souvent des environnements plus acides, c’est la raison pour laquelle ce pansement contient un simple indicateur de pH qui changera de couleur si ces bactéries sont présentes. Puis de la nitrocéfine devient rouge lorsqu’elle détecte une enzyme appelée bêta-lactamase, qui est produite en grande quantité par les bactéries résistantes aux médicaments.
Cela permet aux médecins et aux patients de voir facilement quelle bactérie est présente et de réagir rapidement. Cela permet d’éviter l’utilisation d’antibiotiques lorsqu’ils ne sont pas nécessaires – ce qui explique en grande partie la prévalence de la résistance aux médicaments – mais indique également quand il faut recourir à d’autres méthodes. Ce bandage est chargé également en antibiotiques, comme de l’ampicilline qui est intégrée dans des nanomatériaux qui se dissolvent dans des conditions acides, et tuant ainsi les bactéries.

Une seconde attaque tue les bactéries résistantes

Bien sûr, cela ne fonctionnera pas pour les bactéries résistantes, mais une seconde attaque est prévue. Ce pansement est également chargé d’un matériau qui réagit à la lumière en libérant des espèces réactives d’oxygène (ROS). Ces molécules sont connues pour causer d’importants dommages aux microbes, soit en les tuant, soit en les affaiblissant suffisamment pour que les antibiotiques puissent agir contre elles.
L’équipe a testé ce concept chez des souris qui avaient des infections par des E. coli sensibles aux médicaments ou résistants aux médicaments. Ils ont constaté que les pansements changeaient de couleur comme on l’espérait et qu’ils étaient efficaces pour tuer ces deux souches de bactéries.

Une preuve de concept qui peut être rapidement utilisée

Bien qu’il ne s’agisse que d’une preuve de concept testée sur des souris, les chercheurs affirment qu’il devrait être relativement facile et peu coûteux de l’utiliser très rapidement puisqu’il est principalement fait de papier. Cela permet également de réduire le temps nécessaire pour diagnostiquer les infections et déterminer si elles sont résistantes aux médicaments, et de ralentir la propagation de cette résistance.
Cette recherche a été publiée dans ACS Central Science.
Source : American Chemical Society
Crédit photo : PXhere