les-flavonols-liés-à-un-risque-plus-faible-de-la-maladie-Alzheimer
Les personnes qui mangent ou boivent plus d’aliments contenant l’antioxydant flavonol, que l’on trouve dans presque tous les fruits et légumes ainsi que dans le thé, pourraient être moins susceptibles de développer la maladie d’Alzheimer des années plus tard, selon une étude.

Les flavonols réduiraient le risque de développer la maladie d’Alzheimer

« D’autres recherches sont nécessaires pour confirmer ces résultats, mais ce sont des résultats prometteurs », a déclaré l’auteur de cette étude, le docteur Thomas M. Holland, de l’université Rush de Chicago. « Manger plus de fruits et de légumes et boire plus de thé pourrait être un moyen relativement peu coûteux et facile pour les gens d’aider à éviter la maladie d’Alzheimer. Avec l’augmentation de la population âgée dans le monde entier, toute diminution du nombre de personnes atteintes de cette maladie pourrait avoir un énorme effet bénéfique sur la santé publique ».
Cette étude a porté sur 921 personnes d’un âge moyen de 81 ans qui ne souffraient pas de démence d’Alzheimer. Les personnes ont rempli chaque année un questionnaire sur la fréquence à laquelle elles consommaient certains aliments. Elles ont également été interrogées sur d’autres facteurs, tels que leur niveau d’éducation, le temps qu’elles consacrent à des activités physiques et le temps qu’elles consacraient à des activités mentales comme la lecture et les jeux.
Les personnes ont été testées chaque année pour voir si elles avaient développé la maladie d’Alzheimer. Elles ont été suivies pendant six ans en moyenne. Les chercheurs ont utilisé différents tests pour déterminer que 220 personnes ont développé la maladie d’Alzheimer au cours de cette étude.
Les personnes ont été divisées en cinq groupes en fonction de la quantité de flavonol qu’elles avaient dans leur alimentation. La quantité moyenne de flavonol absorbée par les adultes américains est d’environ 16 à 20 milligrammes par jour. Dans cette étude, le groupe le plus faible en consommait environ 5,3 mg par jour et le groupe le plus élevé en consommait en moyenne 15,3 mg par jour.

48 % de chances en moins de développer plus tard la maladie d’Alzheimer

Cette étude a montré que les personnes du groupe le plus élevé avaient 48 % de chances en moins de développer plus tard la maladie d’Alzheimer que les personnes du groupe qui en consommait le mois, après un ajustement des prédispositions génétiques et des facteurs démographiques. Sur les 186 personnes du groupe le plus élevé, 28 personnes, soit 15 %, ont développé la maladie d’Alzheimer, contre 54 personnes, soit 30 %, pour les 182 personnes du groupe qui en consommaient le mois.
Ces résultats étaient les mêmes après que les chercheurs aient tenu compte d’autres facteurs qui pourraient influer sur le risque de développer la maladie d’Alzheimer, comme le diabète, une crise cardiaque antérieure, un accident vasculaire cérébral et l’hypertension artérielle.
Cette étude a également divisé les flavonols en quatre types : l’isorhamnétine, la kaempférol, la myricétine et la quercétine. Les principaux aliments ayant contribué à chaque catégorie étaient les suivants : les poires, l’huile d’olive, le vin et la sauce tomate pour l’isorhamnétine ; le chou frisé, les haricots, le thé, les épinards et le brocoli pour le kaempférol ; le thé, le vin, le chou frisé, les oranges et les tomates pour la myricétine ; et les tomates, le chou frisé, les pommes et le thé pour la quercétine.

D’autres études sont nécessaires pour confirmer ces résultats

Les personnes qui consommaient beaucoup d’isorhamnétine avaient 38 % de chances en moins de développer la maladie d’Alzheimer. Les personnes qui consomment beaucoup de kaempférol avaient 51% de chances en moins de développer une démence. Les personnes qui consommaient beaucoup de myricétine avaient également 38% de chances en moins de développer une démence. La quercétine n’était pas liée à un risque moindre de développer la maladie d’Alzheimer.
Holland a noté que cette étude montre une association entre les flavonols alimentaires et le risque d’Alzheimer mais ne prouve pas que les flavonols causent directement une réduction du risque de la maladie d’Alzheimer. D’autres études, mieux conçues, devraient aider à confirmer ces résultats.
Cette recherche a été publiée dans Neurology.
Source : The American Academy of Neurology
Crédit photo : Pixabay

Les flavonols liés à un risque plus faible d'Alzheimer martinBiologie
Les personnes qui mangent ou boivent plus d'aliments contenant l'antioxydant flavonol, que l'on trouve dans presque tous les fruits et légumes ainsi que dans le thé, pourraient être moins susceptibles de développer la maladie d'Alzheimer des années plus tard, selon une étude. Les flavonols réduiraient le risque de développer la...