hyperactivité-du-système-immunitaire-mène-à-asthme-infantile
Le fonctionnement du système immunitaire d’un bébé semble influencer le développement d’un asthme temporaire ou persistant plus tard dans la vie. Cette découverte pourrait aider à identifier des traitements plus ciblés pour différents types d’asthme, affirment les chercheurs à l’origine de ces travaux.

Les cellules immunitaires hyperactives mèneraient à l’asthme

Lorsqu’un enfant atteint l’âge de 18 mois, il a déjà été exposé à une multitude de bactéries, de virus et de champignons. Ces rencontres précoces avec des agents pathogènes commencent à façonner le système immunitaire de l’enfant pour le reste de sa vie.
Pour savoir si de telles expériences peuvent également prédire le risque de maladie chez un enfant, Susanne Brix de l’Université technique du Danemark à Kongens Lyngby et ses collègues ont suivi un groupe de nourrissons au Danemark pendant les six premières années de leur vie.
L’équipe a examiné le fonctionnement des cellules immunitaires chez ces tout-petits, et si cela était lié au risque pour les enfants de développer de l’asthme avant l’âge de six ans. « L’asthme est assez répandu dans les pays nordiques d’Europe », explique M. Brix. « Nous avons une prévalence d’environ 20 % dans la petite enfance ».
Brix et ses collègues ont d’abord prélevé des échantillons de sang sur 541 enfants de 18 mois. Chaque échantillon de sang a ensuite été doté d’une série de composés – tels que des fragments de virus ou des composants de vaccins – pour voir comment les cellules immunitaires du sang allaient réagir.

Les lymphocytes T auxiliaires seraient liés à l’asthme 

Les réponses d’un type particulier de cellules immunitaires semblent être liées au risque ultérieur d’asthme chez l’enfant, explique Mme Brix. Ce type de cellule, appelée lymphocyte T auxiliaire, répond aux agents pathogènes potentiellement dangereux en libérant une série de protéines.
La façon dont ces cellules libèrent deux protéines spécifiques semble être liée au fait que l’enfant développera plus tard ou non de l’asthme – les bébés dont les cellules immunitaires produisent plus de ces protéines sont nettement plus susceptibles d’avoir de l’asthme à l’âge de six ans, dit Brix.
Son équipe a également constaté des différences entre les filles et les garçons. Les cellules immunitaires des échantillons de sang prélevés sur les garçons réagissaient plus fortement aux bactéries et aux champignons, tandis que les filles semblent réagir plus fortement aux virus.
Brix ne sait pas pourquoi cela pourrait être le cas, mais elle soupçonne que les hormones sexuelles comme la testostérone peuvent influencer le système immunitaire. Cette différence pourrait expliquer pourquoi les garçons sont plus susceptibles de développer de l’asthme à un âge précoce, explique Brix.

Des recherches pour identifier les meilleurs traitements

Il sera difficile de créer un test capable de prédire quels enfants développeront de l’asthme, mais Mme Brix espère que ses recherches permettront d’identifier les meilleurs traitements pour les différents types d’asthme.
Certains cas d’asthme sont temporaires et se résolvent pendant l’enfance, tandis que d’autres sont persistants. Le type transitoire est plus fréquent chez les garçons, explique Mme Brix. Il se peut qu’un type d’asthme soit lié à la réponse du système immunitaire aux virus, tandis qu’un autre est lié à la réponse aux bactéries. Des traitements mieux ciblés pourraient éventuellement être mis au point pour traiter chaque type d’asthme, dit-elle.
Cette recherche a été publiée dans Science Translational Medicine.
Source : New Scientist
Crédit photo : Pixabay