un-laboratoire-pour-les-smartphones-qui-peut-diagnostiques-plusieurs-maladies
Utiliser votre téléphone pour diagnostiquer une maladie ou suivre votre état de santé est le Saint Graal pour la surveillance de la santé à distance. Mais jusqu’à présent, il n’était pas possible de combiner les deux dans un seul appareil. Les entreprises technologiques ne veulent pas devoir se soumettre à un tas de réglementions qui découleraient de l’étiquetage des appareils médicaux.

Un laboratoire pour les téléphones

Mais des ingénieurs de l’Université de Cincinnati ont trouvé la meilleure solution. Le professeur d’UC Chong Ahn a conçu un minuscule laboratoire portable qui se branche sur un téléphone, le connectant automatiquement au cabinet d’un médecin via une application personnalisée développée par l’UC. Avec une seule goutte de sang ou de salive sur une puce en plastique personnalisée, l’appareil plus petit qu’une carte de crédit, peut diagnostiquer des maladies infectieuses telles que le coronavirus, le paludisme, le VIH ou la maladie de Lyme ou d’innombrables autres maladies, comme la dépression et l’anxiété.
Le téléphone fournit l’alimentation et le protocole de test à la puce de laboratoire. Un patient met simplement une puce en plastique à usage unique dans sa bouche, puis la branche dans une fente de la boîte pour tester sa salive. L’appareil transmet automatiquement les résultats au médecin du patient via une application personnalisée pour des résultats presque instantanés.

Les smartphones sont partout

« Tout le monde a un téléphone – plus de 3 milliards de personnes », a déclaré Ahn. «Alors, comment pouvons-nous utiliser cette technologie pour tester des maladies infectieuses telles que le coronavirus? C’est un outil de diagnostic rapide que vous pouvez utiliser à la maison. À l’heure actuelle, il faut plusieurs heures, et même parfois plusieurs jours, pour diagnostiquer des maladies dans un laboratoire, même lorsque les gens présentent des symptômes. La maladie peut alors facilement se propager. »
Le doctorant de l’UC, Sthitodhi Ghosh, l’auteur principal de cette étude, a déclaré que la plus grande avancée de cet appareil réside dans la conception originale de ses minuscules canaux qui aspirent naturellement l’échantillon à travers les réseaux des capteurs en utilisant un flux capillaire. « L’innovation de cet appareil utilise une puce de laboratoire microfluidique à entraînement capillaire », a déclaré Ghosh. «Ainsi, un test complet se déroule automatiquement sur la puce. Vous n’avez rien à faire.
« C’est l’avenir des soins de santé personnalisés », a déclaré Ghosh. Bien que cet appareil ait des applications pour diagnostiquer ou surveiller des virus ou d’autres maladies, Ahn a déclaré qu’il croyait au potentiel de son appareil dans le domaine de la santé mentale. Les prestataires de santé mentale utilisent déjà des smartphones pour suivre la santé des patients grâce à des analyses régulières. Mais les données psychosociales peuvent être subjectives.

Des traitements fondés sur des preuves

En testant régulièrement les hormones ou d’autres biomarqueurs associés à la dépression ou à l’anxiété, Ahn a déclaré qu’il pourrait aider les médecins à corréler ce que ressentent les patients avec les changements réels de leur biochimie. Cela pourrait améliorer le traitement d’innombrables patients, a-t-il déclaré. Et cet appareil peut utiliser la salive ainsi que le sang, ce qui est moins invasif et moins stressant qu’une piqûre au doigt.
« Si vous êtes stressé de vous faire piquer les doigts, cela crée déjà un biais dans le test du stress », a déclaré Ghosh. « C’est pourquoi nous passons à une méthode non invasive. » Ahn a déposé un brevet pour commercialiser son appareil. La société de diagnostic médical Mico Biomed, qui a des bureaux à Cincinnati, est coauteur de cette étude.

Un outil de santé mobile

Le plus grand obstacle pourrait être de faire en sorte que les gens se sentent suffisamment en confiance et à l’aise pour utiliser cet appareil à la maison, a-t-il déclaré. Mais les vastes quantités de données recueillies à partir des tests au fil du temps pourraient aider les psychiatres à mieux comprendre la biochimie sous-jacente à des maladies mentales, ce qui pourrait mener à de meilleurs traitements fondés sur des preuves, a-t-il déclaré. « Mon rêve pour le reste de ma carrière à l’UC est d’améliorer la santé publique et mentale en fournissant un nouvel outil de santé mobile », a-t-il déclaré.
Cette recherche a été publiée dans Microsystems & Nanoengineering.
Source : University of Cincinnati
Crédit photo : Pixabay

Un minuscule laboratoire pour les smartphonesmartinbiothechnologie
Utiliser votre téléphone pour diagnostiquer une maladie ou suivre votre état de santé est le Saint Graal pour la surveillance de la santé à distance. Mais jusqu'à présent, il n'était pas possible de combiner les deux dans un seul appareil. Les entreprises technologiques ne veulent pas devoir se soumettre...