la-fonte-des-glaces-de-Arctique-modifie-les-courants-océaniques

Une nouvelle étude de la NASA montre qu’un courant océanique important dans l’Arctique est plus rapide et plus turbulent en raison de la fonte rapide de la glace de mer. Ce courant fait partie d’un environnement arctique délicat qui est maintenant inondé d’eau douce, un effet du changement climatique causé par l’homme.

La fonte des glaces modifie les courants océaniques

En utilisant 12 ans de données satellitaires, les scientifiques ont mesuré comment ce courant circulaire, appelé gyre de Beaufort, a équilibré de façon précaire un afflux de quantités sans précédent d’eau douce et froide – un changement qui pourrait modifier les courants de l’océan Atlantique et refroidir le climat de l’Europe occidentale.

Le gyre de Beaufort maintient l’environnement polaire en équilibre en stockant de l’eau douce près de la surface de l’océan. Le vent souffle ce tourbillon dans le sens des aiguilles d’une montre autour de l’ouest de l’océan Arctique, au nord du Canada et de l’Alaska, où il recueille naturellement l’eau douce provenant de la fonte des glaciers, du ruissellement des rivières et des précipitations.

Cette eau douce est importante dans l’Arctique en partie parce qu’elle flotte au-dessus de l’eau salée qui est plus chaude, et qu’elle contribue à protéger la glace de mer de la fonte, ce qui aide à réguler le climat de la Terre. Ce tourbillon libère ensuite lentement cette eau douce dans l’océan Atlantique sur une période de plusieurs décennies, permettant aux courants de l’océan Atlantique de la transporter en petites quantités.

Mais depuis les années 1990, ce tourbillon a accumulé une grande quantité d’eau douce – 8 000 kilomètres cubes – soit près de deux fois le volume du lac Michigan. Cette nouvelle étude a révélé que la cause de ce gain de concentration d’eau douce est la perte de glace de mer en été et en automne. Ce déclin de la couverture de glace de mer en été dans l’Arctique, qui dure depuis des décennies, a rendu ce tourbillon plus exposé au vent, faisant tourner ce tourbillon plus vite et emprisonnant de l’eau douce dans son courant.

Un vent dont la direction est inhabituelle

Les vents d’ouest persistants ont également entraîné ce courant dans une direction pendant plus de 20 ans, augmentant la vitesse et la taille du courant dans le sens des aiguilles d’une montre et empêchant l’eau douce de quitter l’océan Arctique. Ce vent d’ouest, qui dure depuis des décennies, est inhabituel pour cette région, où auparavant, les vents changeaient de direction tous les cinq à sept ans.

Les scientifiques ont gardé un œil sur ce tourbillon de Beaufort au cas où le vent changerait à nouveau de direction. Si la direction devait changer, le vent inverserait ce courant, le tirant dans le sens inverse des aiguilles d’une montre et libérant d’un seul coup l’eau qu’il a été accumulée.

« Si le tourbillon de Beaufort libérait l’excès d’eau douce dans l’océan Atlantique, il pourrait potentiellement ralentir sa circulation. Et cela aurait des conséquences sur le climat à l’échelle de l’hémisphère, en particulier en Europe occidentale », a déclaré Tom Armitage, auteur principal de l’étude et scientifique au Jet Propulsion Laboratory de la NASA.

La glace de mer a un impact important

« En résumé, ce que cette étude montre, c’est que la perte de la glace de mer a des impacts vraiment importants sur notre système climatique que nous venons à peine de découvrir », a déclaré M. Petty, coauteur de l’article et scientifique polaire au Goddard Space Flight Center de la NASA.

Cette recherche a été publiée dans Nature Communications.

Source : NASA
Crédit photo : Pixabay