une-maladie-qui-affecte-les-humains-a-été-découverte-dans-un-os-fossilisé-de-dinosaure
Les chercheurs de l’Université de Tel-Aviv, dirigés par le Dr Hila May du département d’anatomie et d’anthropologie de la faculté de médecine Sackler de l’Université de Taïwan et le Centre Dan David pour l’évolution humaine et la recherche en bio-histoire, ont identifié une tumeur bénigne comme faisant partie de la pathologie de l’histiocytose à cellules de Langerhans (HLC), une maladie rare et parfois douloureuse qui touche encore les humains, en particulier les enfants de moins de 10 ans.

Une maladie dans les vertèbres d’un dinosaure

Deux chercheurs, « Rothschild et Tanke ont repéré cette découverte inhabituelle dans les vertèbres de la queue d’un jeune dinosaure de l’espèce herbivore mangeuse d’herbe, qui était commune dans le monde il y a 66 à 80 millions d’années », explique le Dr May. « Il y avait de grandes cavités dans deux des segments de ces vertèbres, qui ont été déterrés au Dinosaur Provincial Park dans le sud de l’Alberta, au Canada ».
« Elles étaient extrêmement similaires aux cavités produites par les tumeurs associées à cette maladie rare qu’est la HCL, qui existe encore aujourd’hui chez l’homme », ajoute le Dr May. « La plupart des tumeurs liées à la HCL, qui peuvent être très douloureuses, apparaissent soudainement dans les os des enfants âgés de 2 à 10 ans. Heureusement, dans de nombreux cas, ces tumeurs disparaissent sans intervention ».
Les vertèbres de la queue du dinosaure ont été envoyées pour un microscanneur  à l’Institut d’anthropologie de la famille Shmunis au Centre Dan David pour l’évolution humaine et la recherche en bio-histoire de la Faculté de médecine de Sackler de TAU, qui est situé au Musée Steinhardt d’histoire naturelle.

Les chercheurs ont créé une reconstruction 3D informatisée de la tumeur

« Le micro-CT produit une imagerie à très haute résolution, jusqu’à quelques microns », explique le Dr May. « Nous avons scanné les vertèbres de ce dinosaure et avons créé une reconstruction 3D informatisée de la tumeur et des vaisseaux sanguins qui l’alimentaient. Les analyses micro et macro ont confirmé qu’il s’agissait bien d’une HCL. C’est la première fois que cette maladie a été identifiée chez un dinosaure ».
Selon le Dr May, ces résultats surprenants indiquent que cette maladie n’est pas propre à l’homme et qu’elle survit depuis plus de 60 millions d’années.
« Ce genre d’études, qui sont maintenant possibles grâce à une technologie innovante, apportent une contribution importante et intéressante à la médecine évolutionniste; un domaine de recherche relativement nouveau qui étudie le développement et le comportement des maladies au fil du temps », note le professeur Israel Hershkovitz du département d’anatomie et d’anthropologie.

Comprendre les causes pour développer de nouveaux traitements

« Nous essayons de comprendre pourquoi certaines maladies survivent à l’évolution en vue de déchiffrer leurs causes afin de développer de nouvelles méthodes plus efficaces pour les traiter ».
Cette recherche a été publiée dans Scientific Reports.
Source : American Friends of Tel Aviv University
Crédit photo : Pixabay

Une maladie a été trouvée dans un os fossilisé de dinosaure martinPréhistoire
Les chercheurs de l'Université de Tel-Aviv, dirigés par le Dr Hila May du département d'anatomie et d'anthropologie de la faculté de médecine Sackler de l'Université de Taïwan et le Centre Dan David pour l'évolution humaine et la recherche en bio-histoire, ont identifié une tumeur bénigne comme faisant partie de...