un-composé-inverse-le-processus-de-vieillissement-des-ovules
L’évolution de notre culture et de notre mode de vie fait en sorte que plusieurs couples attendent d’avoir un enfant plus tard dans leur vie. Mais plus une femme avance en âge et plus la qualité et le nombre de ses ovules diminuent.

Restaurer la fertilité des femmes

Aujourd’hui, des chercheurs des universités du Queensland et de Nouvelle-Galles du Sud ont inversé ce processus de vieillissement des ovules chez les souris, en utilisant un composé métabolique qui pourrait permettre de concevoir de nouveaux médicaments afin de favoriser la fertilité chez les femmes.
Les femmes naissent avec plus d’ovules qu’elles auront besoin durant leur vie, il n’est donc pas entièrement surprenant que la fertilité commence à décliner à un certain moment. Bien que ce processus soit différent selon les femmes, on pense généralement qu’il commence lentement vers l’âge de 30 ans et qu’il diminue plus drastiquement après 45 ans. Par conséquent l’âge est sans aucun doute un facteur de planification familiale important lorsque vient de temps d’avoir un enfant.
Dans le cadre de cette nouvelle étude, les chercheurs ont établi un lien entre une molécule spécifique et la perte de la qualité des ovules chez la souris. Ils ont découvert qu’avec l’âge, les femelles perdaient de plus en plus de nicotinamide-adénine-dinucléotide (NAD+), un élément important pour le métabolisme. Cela affecte à son tour la qualité des ovules restants, ce qui entraîne des problèmes de fertilité chez les souris femelles plus âgées.

Le composé précurseur appelé mononucléotide de nicotinamide

L’équipe a donc cherché à savoir comment cette molécule pouvait être restaurée et si cela pouvait contribuer à inverser le processus de vieillissement, et la stérilité. Ils ont administré aux souris des doses orales d’un composé précurseur appelé mononucléotide de nicotinamide (NMN). Les cellules utilisent le NMN pour produire du NAD+, de sorte que l’augmentation des niveaux de ce précurseur devrait contribuer à augmenter les niveaux de NAD+ et ainsi, à améliorer la fertilité. Et cela semble fonctionner chez les souris.
« Des ovules de qualité sont essentiels pour le succès de la grossesse car ils fournissent pratiquement tous les éléments de base nécessaires à un embryon », explique Hayden Homer, chercheur principal de cette étude. « Nous avons traité des souris femelles avec de faibles doses de NMN dans leur eau potable pendant quatre semaines, et nous avons pu restaurer de façon spectaculaire la qualité des ovules et augmenter le nombre de naissances viables au cours d’un essai de reproduction ».

Une nouvelle option potentielle pour les couples

Si ces résultats peuvent se transmettent à l’homme – ce qui est encore très incertain à ce stade – cela pourrait ouvrir une nouvelle option pour les couples qui cherchent à améliorer leurs chances d’avoir un enfant plus tard dans leur vie.
« Nos résultats suggèrent qu’il est possible de restaurer la qualité des ovules et, par conséquent, la fonction de reproduction des femmes par l’administration orale d’agents stimulant le NAD, ce qui serait beaucoup moins invasif que la FIV », explique M. Homer. « Il est toutefois important de souligner que bien que cette méthode soit prometteuse, les avantages potentiels de ces agents doivent encore être testés dans le cadre d’essais cliniques ».
Cette recherche a été publiée dans Cell Reports.
Source : University of Queensland
Crédit photo : Pixabay