une-tumeur-cérébrale-chez-les-enfants-pourrait-permettre-de-lutter-contreplusieurs-cancers
Une découverte surprenante sur une forme rare de cancer du cerveau chez l’enfant suggère une nouvelle approche de traitement pour ce cancer – et potentiellement pour plusieurs autres cancers.

Lutter contre des cancers en limitant la formation des réseaux

Des chercheurs de l’École de médecine de l’Université de Virginie ont déterminé que le cancer appelé médulloblastome, forme un réseau complexe pour stimuler sa croissance. Certaines cellules tumorales se transforment en fait en un tout autre type de cellules. Cette découverte soulève l’excitante possibilité que les médecins puissent intervenir pour arrêter cette maladie – et peut-être aussi d’autres cancers.
Le chercheur principal Hui Zong du département de microbiologie, d’immunologie et de biologie du cancer de l’UVA et du centre de cancérologie de l’UVA pense que cette formation de réseau est courante dans les cancers. « Je pense que cela va se produire dans toutes sortes de types de cancer », a-t-il déclaré. « Tout comme la formation d’un nouvel organe, le cancer est formé par un ensemble de types de cellules qui se soutiennent et se régulent mutuellement. La formation de réseaux devrait donc être la norme, plutôt que l’exception ».

Médulloblastome : un changement d’identité furtif

Zong étudie le médulloblastome non seulement parce que c’est un cancer dévastateur chez l’enfant, mais aussi parce que sa simplicité apparente permet à son équipe d’approfondir le fonctionnement de son réseau intérieur qui pourrait offrir des perspectives sur d’autres formes de cancer. Fondamentalement, on sait depuis de nombreuses années qu’il ne s’agit que d’un type de cellules qui prolifèrent de manière incontrôlée », a déclaré M. Zong.
« Cependant, nous avons remarqué un paradoxe intéressant. Alors que les cellules tumorales se développent très rapidement dans le corps, elles se développent mal et seulement pendant un temps limité lorsque nous les retirons et les mettons dans une boîte de laboratoire. Nous avons donc suspecté que d’autres cellules pouvaient être en jeu ».
Son enquête sur ce soupçon a bouleversé la compréhension de la science sur le médulloblastome. En utilisant un modèle novateur de la maladie, Zong et son équipe ont marqué les cellules tumorales de manière à ce qu’elles apparaissent vertes. C’est ce qui a créé la première surprise : alors que tous les autres types de cellules en dehors de la tumeur sont incolores, un type de cellule appelé astrocyte est apparu vert, ce qui n’arrive jamais dans les régions normales du cerveau.
« L’astrocyte a en fait été lié à un mauvais pronostic du médulloblastome, mais personne n’a jamais soupçonné son origine, puisque la cellule d’origine du médulloblastome ne donne normalement jamais naissance à des astrocytes. Le fait que les astrocytes associés à une tumeur partagent la même couleur que les cellules tumorales suggère qu’ils proviennent en fait de cellules tumorales », a-t-il déclaré. « Donc, certaines cellules tumorales changent complètement d’identité pour former un type de cellule distinct. »

Une nouvelle façon de traiter le cancer ?

Les astrocytes, ont constaté les chercheurs, détournent les cellules immunitaires appelées microglies au profit de la tumeur. Ils forcent la microglie à produire une substance vitale pour la prolifération de la tumeur, appelée facteur de croissance analogue à l’insuline 1, ou IGF1. Ainsi, en résumé, un petit nombre de cellules tumorales se transforment en un autre type de cellules, qui contraint un troisième type de cellules à alimenter la croissance de la tumeur.
Zong a qualifié ce processus complexe de « super important pour la progression de la tumeur ». La bonne nouvelle : un réseau aussi complexe expose le médulloblastome à de nombreuses interventions potentielles pour arrêter sa progression. Zong a déclaré qu’il espère remodeler le micro-environnement entourant la tumeur pour la rendre « anticancéreuse ».
« J’espère qu’avec une méthode soigneusement conçue, nous pourrons non seulement réduire la production d’IGF1 des microglies, mais aussi les activer en mode d’attaque des tumeurs », a déclaré M. Zong. « Une fois activée, la microglie pourrait même recruter des cellules immunitaires appelées cellules T et des cellules B dans la tumeur pour combattre ensemble la malignité.

En conclusion

En résumé, cette découverte des réseaux dans le médulloblastome pourrait potentiellement permettre de lutter contre plusieurs sortes de cancers puisque selon les chercheurs ces structures se retrouvent dans d’autres cancers. Ainsi en limitant la formation des réseaux, il devient alors possible de combattre plusieurs autres cancers qui partagent cette configuration interne.
Cette recherche a été publiée dans Cell.
Source : University of Virginia
Crédit photo : Pixabay

Une tumeur cérébrale chez l'enfant pour lutter contre les cancersmartinbiothechnologie
Une découverte surprenante sur une forme rare de cancer du cerveau chez l'enfant suggère une nouvelle approche de traitement pour ce cancer - et potentiellement pour plusieurs autres cancers. Lutter contre des cancers en limitant la formation des réseaux Des chercheurs de l'École de médecine de l'Université de Virginie ont déterminé...