la-kisspeptine-une-hormone-qui-déclanche-le-désir-sexuel-est-comme-du-viagra-mental
Une nouvelle étude d’imagerie cérébrale menée par une équipe de chercheurs a révélé qu’une perfusion de l’hormone naturelle appelée kisspeptine peut améliorer l’activité cérébrale liée à l’attraction sexuelle en réponse à des signaux visuels et olfactifs. Cela suggère que cette hormone pourrait être un traitement efficace contre la baisse de la libido et d’autres troubles psychosexuels.

La kisspeptine est ses effets sur l’excitation sexuelle 

La kisspeptine a été découverte au milieu des années 90, lorsque des scientifiques ont passé au crible les gènes des cellules de mélanome humain pour mieux comprendre ce qui déclenche les métastases du cancer. En 2003, quelques études ont révélé que la kisspeptine, et les récepteurs cérébraux qui lui sont liés, jouent un rôle majeur dans la régulation des fonctions de reproduction humaines, en particulier pendant la puberté.
Plus récemment, des recherches menées par des scientifiques de l’Imperial College de Londres ont exploré le rôle de la kisspeptine dans les processus sexuels et émotionnels du cerveau. Une étude de 2017 a examiné un certain nombre d’hommes après une perfusion intraveineuse de kisspeptine. Cette étude a utilisé des scanners IRM pour examiner l’effet de la kisspeptine sur l’activité cérébrale lors de la visualisation d’images sexuelles et non sexuelles de couples.
Cette étude a fourni les premiers indices sur le rôle potentiel de la kisspeptine dans l’activation des mécanismes d’éveil neurologique. Ces résultats suggèrent que la kisspeptine augmente l’activité dans les zones du cerveau déclenchées par l’excitation sexuelle et la romance.
Cette nouvelle recherche fait suite à l’étude de 2017, en utilisant un protocole expérimental similaire. Trente-trois jeunes hommes en bonne santé ont été recrutés et ont reçu une perfusion durant 75 minutes de kisspeptine ou un placebo. Lors des examens IRM, les sujets ont été exposés à un test olfactif, utilisant un parfum féminin populaire, et à un test d’attraction faciale.
« Nos résultats montrent que l’administration de kisspeptine améliore les réponses du cerveau à un parfum féminin dans plusieurs composantes clés du système limbique qui sont impliqués dans le traitement olfactif, l’évaluation hédonique des stimuli olfactifs et les réseaux d’excitation sexuelle », écrivent les chercheurs dans cette étude.
Il est intéressant de noter que l’administration de kisspeptine a eu un effet neurologique différent lors de la tâche d’attraction faciale. Au lieu d’activer les systèmes limbiques, les chercheurs ont constaté une activité accrue dans certaines régions préfrontales du cerveau, qui sont connues pour régir les perceptions de la beauté faciale. Cela suggère que les effets de la kisspeptine sur la médiation des voies d’attraction cérébrale sont spécifiques à différentes modalités sensorielles.

La kisspeptine serait plus efficace chez les hommes ayant un faible niveau de désir

Cette étude a également montré que la force de l’effet de la kisspeptine sur ces voies d’attraction était liée aux évaluations individuelles de la qualité de vie sexuelle des hommes. Ainsi, la kisspeptine était plus efficace sur les hommes ayant un faible niveau de désir et d’excitation sexuelle. Cela montre le potentiel thérapeutique de la kisspeptine comme traitement pour les hommes ayant une faible libido et d’autres troubles psychosexuels.
« Les troubles psychosexuels ont un impact négatif majeur sur le bien-être et peuvent être très pénibles non seulement pour les personnes concernées mais aussi pour leurs partenaires », déclare Alexander Comninos, coauteur principal de cette nouvelle recherche. « Notre étude montre que la kisspeptine peut stimuler l’activité cérébrale liée à l’attraction et, fait intrigant, cet effet stimulant est encore plus important chez les hommes ayant une faible qualité de vie sexuelle ».
Cette étude note clairement que les réponses sexuelles humaines sont très complexes, et sont régies par un large éventail de composantes allant de la forme corporelle à d’autres facteurs hormonaux. Ainsi, la kisspeptine n’est pas la seule influence primordiale qui contrôle toute l’excitation sexuelle dans le cerveau, mais les effets constatés dans ces études sont significatifs. Et pour les hommes souffrant de faibles fonctions psychosexuelles, l’effet d’un supplément de kisspeptine s’apparente certainement à une sorte de viagra mental, stimulant l’activité dans les régions du cerveau liées à l’excitation et à l’attraction.
Cette recherche en est encore à ses débuts et des travaux supplémentaires sont nécessaires pour explorer l’effet de la kisspeptine sur les hommes ayant une faible libido, ainsi que pour étudier ses effets sur l’excitation chez les femmes. On ne sait pas non plus combien de temps durent les effets d’une seule perfusion, aussi le transfert de ces résultats dans des traitements cliniques pourrait-il impliquer la mise au point de méthodes alternatives d’administration de l’hormone.

Un traitement avec de la kisspeptine 

« Nous espérons que notre compréhension croissante de la manière dont la kisspeptine stimule les parties du cerveau impliquées dans l’attraction et l’excitation pourra finalement déboucher sur de nouvelles méthodes pour traiter les personnes concernées par ce problème d’attraction sexuelle », déclare M. Comninos. « Cependant, nous avons encore un long chemin à parcourir ».
Cette recherche a été publiée dans JCI Insight.
Source : Imperial College London
Crédit photo : Pixabay

La kisspeptine : une hormone qui agit comme du viagra mentalmartinBiologie
Une nouvelle étude d'imagerie cérébrale menée par une équipe de chercheurs a révélé qu'une perfusion de l'hormone naturelle appelée kisspeptine peut améliorer l'activité cérébrale liée à l'attraction sexuelle en réponse à des signaux visuels et olfactifs. Cela suggère que cette hormone pourrait être un traitement efficace contre la baisse...