des-coquilles-fossilisées-montrent-que-les-dinosaures-avaient-le-sang-chaud
Une analyse des coquilles d’œufs fossiles a peut-être permis de régler un débat de longue date sur les dinosaures, suggérant que toutes les espèces avaient le sang chaud. Cela signifie également que les ancêtres des dinosaures devaient eux aussi avoir le sang chaud, explique Robin Dawson, de l’université de Yale, qui a dirigé ces recherches.

Des coquilles d’œufs vieilles de 75 millions d’années

Il est maintenant généralement admis que les dinosaures à plumes appelés théropodes qui ont donné naissance aux oiseaux avaient le sang chaud, mais le débat se poursuit pour savoir si d’autres groupes de dinosaures avaient cette même caractéristique. Jusqu’à récemment, nous ne disposions que de méthodes indirectes pour déterminer la température corporelle des animaux anciens, il n’y avait donc aucun moyen d’en être sûr.
Il existe un moyen de déterminer la température à laquelle la matière organique se forme à l’intérieur des corps à partir des isotopes de carbone et d’oxygène. Cette technique peut être appliquée aux coquilles d’œufs pour révéler la température corporelle de la mère au moment de la formation des coquilles.
En 2015, les chercheurs ont appliqué cette méthode à la coquille d’un théropode et d’un sauropode – un dinosaure à long cou – et ont découvert que les deux avaient le sang chaud. Aujourd’hui, l’équipe de Dawson a appliqué cette méthode à trois autres coquilles d’œufs fossiles.

L’analyse des coquilles montre que la plupart des dinosaures avaient le sang chaud

L’un appartenait à un théropode appelé Troodon formosus, et un autre à un dinosaure à bec de canard appelé Maiasaura peeblesorum. Les chercheurs sont convaincus que la troisième coquille d’œuf appartenait à un sauropode appelé titanosaure nain, bien que ce dinosaure n’ait pas encore été définitivement identifié.
L’analyse de l’équipe suggère que le dinosaure à bec de canard avait une température corporelle de 44°Celsius, le troodon une température allant jusqu’à 38°Celsius et le titanosaure nain 36°Celsius – tous plus chauds que les environnements dans lesquels ils vivaient.
Les dinosaures à bec de canard appartenaient à un groupe de dinosaures différent de celui des théropodes et des sauropodes, qui sont plus étroitement liés les uns aux autres. Ce groupe comprend des animaux tels que les tricératops et les stégosaures. Il est beaucoup moins probable que le sang chaud ait évolué indépendamment dans chacun de ces trois grands types de dinosaures, dit Dawson, ce qui implique que tous les groupes de dinosaures auraient partagé cette caractéristique métabolique, indiquant une origine ancestrale.

Le Troodon était hétérotherme 

« Si ces trois grands groupes avaient la capacité d’utiliser leur métabolisme pour augmenter la température du corps, c’est quelque chose qui les représente tous », dit-elle. Cependant, il semble que la température corporelle du Troodon ait parfois chuté jusqu’à 28°Celsius, explique Dawson. Il est donc possible qu’il ait été hétérotherme : c’est-à-dire capable d’abaisser sa température corporelle pour économiser de l’énergie, comme le font de nombreux oiseaux et mammifères modernes.
Ce que ces découvertes ne nous disent pas, c’est pourquoi les ancêtres des dinosaures ont évolué pour avoir le sang chaud, ce qui fait encore l’objet de vifs débats dans la communauté des scientifiques.
Cette recherche a été publiée dans Science Advances.
Source : New Scientist
Crédit photo : Pixabay

La plupart des dinosaures avaient le sang chaudmartinPréhistoire
Une analyse des coquilles d'œufs fossiles a peut-être permis de régler un débat de longue date sur les dinosaures, suggérant que toutes les espèces avaient le sang chaud. Cela signifie également que les ancêtres des dinosaures devaient eux aussi avoir le sang chaud, explique Robin Dawson, de l'université de...