une-toxine-du-serpent-à-sonnette-peut-fonctionner-comme-analgésique-contre-les-douleurs-neuropathiques
De nouvelles recherches ont permis de découvrir qu’une toxine extraite du venin d’un serpent à sonnettes sud-américain peut fonctionner comme un analgésique efficace contre les douleurs neuropathiques.

La crotoxine contre les douleurs neuropathiques

Cette étude brésilienne révèle que la toxicité du venin peut être réduite en l’encapsulant dans de minuscules particules de silice, les premières études animales ayant donné des résultats prometteurs.
La crotoxine est la principale neurotoxine présente dans le venin du serpent à sonnettes sud-américain. Le potentiel thérapeutique de cette toxine a été bien étudié par les scientifiques depuis des décennies, de son impressionnant effet anti-inflammatoire à son potentiel anticancéreux.
« J’étudie la crotoxine depuis 2011 », déclare Gisele Picolo, l’une des chercheuses travaillant sur cette nouvelle étude. « Les résultats sont positifs en ce qui concerne son effet analgésique, mais sa toxicité a toujours été une difficulté pour son utilisation « .
Trouver un moyen de réduire la toxicité de la crotoxine tout en maintenant son effet thérapeutique a été un défi pour les chercheurs. Une solution potentielle à cet obstacle est apparue lorsqu’une équipe distincte de spécialistes des vaccins a commencé à communiquer les résultats des essais d’une nouvelle méthode d’administration des vaccins.
L’objectif d’un vaccin est de stimuler la réponse immunitaire naturelle de l’organisme. Osvaldo Sant’Anna est un chercheur qui travaille sur l’encapsulation d’antigènes vaccinaux dans de minuscules particules de silice mésoporeuse. Ses travaux ont montré que lorsque des antigènes sont administrés dans des particules de silice mésoporeuse, les souris produisent plus d’anticorps, ce qui donne un vaccin plus efficace.
Mais d’autres tests utilisant des toxines avec de la silice ont donné des effets protecteurs intéressants, réduisant essentiellement la puissance d’une toxine. « Lors de tests effectués sur des chevaux pour produire un sérum antidiphtérique avec une toxine tétanique, nous avons constaté que la silice rend les antigènes moins puissants et réduit l’effet néfaste de la toxine diphtérique », déclare Osvaldo Sant’Anna.

L’utilisation de particules de silice mésoporeuses permet de réduire sa toxicité

Ces découvertes ont mené Mme Picolo et ses collègues à se demander si ces particules de silice mésoporeuses pouvaient être un moyen efficace de délivrer la crotoxine. Les premiers tests sur les animaux ont révélé que la formulation crotoxine-silice était en effet moins toxique que la crotoxine administrée seule. En fait, les chercheurs ont été capables de délivrer des doses de crotoxine 35 % plus élevées lorsqu’elle était encapsulée dans les particules de silice.
Des expériences ultérieures ont montré que non seulement cette nouvelle formulation était efficace pour réduire la douleur neuropathique aiguë et chronique, mais que sa durée totale d’action était prolongée lorsqu’elle était administrée avec cette silice. Cette formulation a réduit la sensibilité à la douleur pendant 48 heures après l’administration d’une seule dose.
La structure en nid d’abeilles des particules de silice a également empêché la crotoxine d’être décomposée dans l’estomac, ce qui a permis de l’administrer par voie orale. « Elle garantit également une libération contrôlée de la crotoxine dans l’organisme, ce qui peut expliquer l’effet analgésique à long terme de cette toxine », explique M. Picolo.
Malgré ces résultats prometteurs, cette recherche en est encore à ses débuts. Aucun test sur l’homme n’a été publié jusqu’à présent, mais même si cette nouvelle formulation s’avère sûre et efficace lors des essais cliniques, il reste d’autres obstacles à surmonter avant qu’un traitement ne soit disponible.

Trouver un moyen de produire cette toxine à grande échelle

Pour l’instant, les scientifiques n’ont pas trouvé de méthode permettant de synthétiser facilement cette toxine, ce qui signifie qu’elle ne peut être obtenue directement qu’à partir de venin de serpent à sonnette.
« La crotoxine est une grosse molécule avec une structure complexe, qui est difficile à reproduire en laboratoire, et son utilisation à grande échelle est donc encore lointaine », ajoute M. Picolo.
Cette recherche a été publiée dans Toxins.
Source : Agencia FAPESP
Crédit photo : Pixabay