le-sport-peut-nous-protéger-des-maladies-mentales
Quel que soit le sport que nous pratiquons, la plupart d’entre nous savent que l’exercice est bon pour la santé. Mais au-delà des bienfaits physiques évidents, des  recherches menées par le Dr Katja Siefken, expert en sociologie du sport, montrent que le sport peut également nous protéger contre le développement de graves troubles de la santé mentale.

Le sport contre les maladies mentales

Cette étude, menée avec des collègues de la faculté de médecine MSH de Hambourg, a évalué les niveaux d’anxiété et de dépression chez 682 athlètes récréatifs allemands dans différentes conditions sportives (quantité et intensité), différents cadres (intérieur vs extérieur) et différents contextes (sports individuels ou d’équipe), et a constaté que les personnes qui font moins de 2,5 heures d’exercice par semaine risquent d’être plus anxieuses et dépressives.
Cette recherche indique que les athlètes qui répondent aux directives de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) en matière d’exercice (150 minutes d’activité physique d’intensité modérée tout au long de la semaine pour les adultes en bonne santé âgés de 18 à 64 ans) ont un meilleur état de santé mentale que ceux qui sont moins actifs.
Le Dr Katja Siefken affirme que les résultats de ces recherches sont très utiles pour la santé mentale, d’autant plus que celle-ci est souvent négligée dans les recommandations de santé publique relatives à l’exercice physique. « Les troubles de la santé mentale constituent l’un des plus grands défis sanitaires de notre époque, et contribuent de manière substantielle à la charge de morbidité mondiale ».
« L’exercice est un élément-clé pour construire et conserver une santé à la fois physique et mentale positive, mais il est important de reconnaître que différentes conditions d’exercice peuvent affecter la santé mentale de différentes manières. « Il est essentiel de comprendre les facteurs qui peuvent influencer ou atténuer la dépression et l’anxiété, mais jusqu’à présent, les preuves sont insuffisantes quant aux types – ou quantités – d’activités optimales nécessaires à une santé mentale positive.

Les athlètes d’équipes en salle avaient des scores plus bas

« Dans cette étude, nous avons constaté que les personnes qui ne respectaient pas les recommandations en matière d’activité physique, ont obtenu des scores de dépression plus élevés, indépendamment du fait qu’elles pratiquaient à l’intérieur ou à l’extérieur un sport, individuellement ou en équipe. Nous avons également constaté que les scores de dépression et d’anxiété les plus bas se retrouvaient surtout chez les athlètes d’équipes en salle, mais que les athlètes pratiquant un exercice physique vigoureux enregistraient souvent des niveaux de dépression plus élevés.
« Il existe également de bonnes preuves que l’exercice en plein air contribue à améliorer la santé mentale et que la pratique d’un sport en groupe ou en équipe peut avoir un impact positif considérable sur notre santé mentale. Il s’agit donc en fait de surveiller les capacités physiques et mentales sur une base individuelle. Et, bien que nous entendions souvent l’expression « plus il y a d’exercice, mieux c’est », les faits montrent que c’est beaucoup plus complexe que cela.

30 minutes par jour pendant 5 jours

« Un esprit sain dans un corps sain repose sur des niveaux modestes et réalisables d’exercice physique. Pour la plupart d’entre nous, deux heures et demie par semaine – ou, disons, 30 minutes par jour pendant cinq jours – est une demande raisonnable pour encourager une santé mentale positive ».
Cette recherche a été publiée dans Human Movement.
Source : University of South Australia
Crédit photo : Pixabay

Le sport peut nous protéger des maladies mentalesmartinBiologie
Quel que soit le sport que nous pratiquons, la plupart d'entre nous savent que l'exercice est bon pour la santé. Mais au-delà des bienfaits physiques évidents, des  recherches menées par le Dr Katja Siefken, expert en sociologie du sport, montrent que le sport peut également nous protéger contre le...