des-cellules-car-t-contre-le-cancer-contrôlées-par-la-lumière
Des bio-ingénieurs de l’université de Californie à San Diego ont mis au point un système de contrôle qui pourrait rendre la thérapie par cellules CAR-T plus sûre et plus puissante dans le traitement du cancer. En programmant les cellules CAR-T pour qu’elles s’allument lorsqu’elles sont exposées à la lumière bleue, les chercheurs ont contrôlé ces cellules pour qu’elles détruisent les tumeurs de la peau chez les souris sans endommager les tissus sains.

Des cellules CAR-T contrôlées par la lumière

Lors de tests sur des souris, l’administration des cellules CAR-T modifiées et la stimulation des sites des tumeurs cutanées par une lumière bleue à DEL ont permis de réduire la taille des tumeurs de huit à neuf fois. Ces résultats ont été observés chez neuf des dix souris testées. Les cellules CAR-T modifiées n’ont pas, à elles seules, inhibé la croissance des tumeurs.
La thérapie par les cellules T du récepteur d’antigène chimérique (CAR) est une nouvelle approche prometteuse pour traiter le cancer. Elle consiste à recueillir les cellules T d’un patient et à les modifier génétiquement pour qu’elles expriment à leur surface des récepteurs spéciaux capables de reconnaître un antigène sur des cellules cancéreuses ciblées. Les cellules T modifiées sont ensuite réinjectées dans le patient pour trouver et attaquer les cellules qui ont l’antigène ciblé à leur surface.
Si cette approche a donné de bons résultats pour certains types de cancer du sang et de lymphome, elle n’a pas donné de bons résultats jusqu’à présent pour les tumeurs solides. L’une des raisons est que de nombreux antigènes cancéreux ciblés sont également exprimés sur des cellules saines.

Un contrôle d’une très grande précision

« Il est très difficile d’identifier un antigène idéal pour les tumeurs solides avec une spécificité élevée de sorte que les cellules CAR-T ne ciblent que ces sites tumoraux malades sans attaquer les organes et tissus normaux », a déclaré Peter Yingxiao Wang, professeur de bio-ingénierie à l’école d’ingénieurs Jacobs de l’université de San Diego et auteur principal de l’étude. « Il y a donc un grand besoin de concevoir des cellules CAR-T qui peuvent être contrôlées avec une grande précision ».
Pour créer de telles cellules, Wang et son équipe ont installé un interrupteur qui leur permet d’activer les cellules CAR-T à un endroit précis du corps et selon les besoins. Cet interrupteur utilise deux protéines artificielles situées à l’intérieur de la cellule CAR-T qui se lient lorsqu’elles sont exposées à des impulsions d’une seconde d’une lumière bleue. Une fois liées entre elles, ces protéines déclenchent l’expression du récepteur de ciblage de l’antigène.

Pour des tumeurs solides près de la surface de la peau

Comme la lumière ne peut pas pénétrer profondément dans l’organisme, Wang envisage que cette approche puisse être utilisée pour traiter les tumeurs solides près de la surface de la peau. Pour de futures études, Wang cherche à collaborer avec des cliniciens pour tester  cette approche sur des patients atteints de mélanome.
Cette recherche a été publiée dans Science Advances.
Source : University of California – San Diego
Crédit photo sur Unsplash : Kendal

Des cellules CAR-T contrôlées par la lumière contre le cancermartinbiothechnologie
Des bio-ingénieurs de l'université de Californie à San Diego ont mis au point un système de contrôle qui pourrait rendre la thérapie par cellules CAR-T plus sûre et plus puissante dans le traitement du cancer. En programmant les cellules CAR-T pour qu'elles s'allument lorsqu'elles sont exposées à la lumière...