les-mésanges-bleues-évient-certains-aliment-en-regardant-la-réaction-des-autres-oiseaux
Les mésanges bleues et les mésanges charbonnières peuvent apprendre à éviter les aliments désagréables sans même les goûter. Voir la réponse dégoûtée d’un autre oiseau, même si ce n’est que sur vidéo, les aide à éviter les proies désagréables en reconnaissant leurs marques.

Des mésanges apprennent à éviter les aliments désagréables

Liisa Hämäläinen de l’Université de Cambridge et ses collègues ont étudié ce type d’apprentissage social chez les mésanges bleues (Cyanistes caeruleus) et les mésanges charbonnières (Parus major), qui se nourrissent ensemble.
On a montré à deux groupes de 24 oiseaux, dont 12 mésanges bleues et 12 mésanges charbonnières, une mésange bleue ou une mésange charbonnière mangeant des «proies» désagréables – des aliments imbibés d’une solution amère et marqués d’un carré noir. Les oiseaux filmés ont réagi avec dégoût en s’essuyant le bec et en secouant leurs têtes.
Les oiseaux qui ont regardé des vidéos ont ensuite été initiés à de la nourriture désagréable et à leur nourriture normale et non modifiée pour voir s’ils avaient appris des oiseaux filmés. Un autre ensemble de 12 mésanges bleues et 12 mésanges charbonnières à qui ont été présentés ces options alimentaires sans avoir regardé les vidéos.

Même en regardant une vidéo 

Pour les deux espèces, les oiseaux qui avaient regardé les vidéos mangeaient moins de proies désagréables que ceux qui n’en avaient pas regardé. Les mésanges bleues ont mieux appris en observant leur propre espèce, mais les mésanges charbonnières ont tout aussi bien appris en observant les deux espèces.
Si cela a été démontré que plusieurs oiseaux évitent certaines proies en observant leur propre espèce, cela n’a été observé qu’une seule fois auparavant entre ces espèces; les carouges à épaulettes (Agelaius phoeniceus) et les quiscales bronzés (Quiscalus quiscula).
C’est également la première fois que des mésanges bleues utilisent les informations sociales de la même manière, que les mésanges charbonnières. Les chercheurs pensent que cela pourrait être dû au fait que cette étude s’est concentrée sur les choix alimentaires à risque.
«Ces deux espèces sont différentes par leur taille, et il est possible que les mésanges charbonnières puissent mieux faire face aux défenses chimiques car ils sont plus gros que les mésanges bleues», explique Hämäläinen. «Les coûts de la consommation d’aliments potentiellement toxiques pourraient donc être plus élevés chez les mésanges bleues.»

Des proies avec signaux plus visibles

Les prédateurs apprenant les uns des autres de cette manière pourraient expliquer pourquoi certaines proies développent des marques visibles malgré l’attention qu’elles attirent. Dans les endroits où plusieurs prédateurs peuvent apprendre d’un seul autre oiseau, cela pourrait rendre les signaux d’avertissement plus visibles si cela en vaut la peine.
Cette recherche a été publiée dans Journal of Animal Ecology.
Source : New Scientist
Crédit photo : Pixabay

Les mésanges bleues apprennent les unes des autresmartinBiologie
Les mésanges bleues et les mésanges charbonnières peuvent apprendre à éviter les aliments désagréables sans même les goûter. Voir la réponse dégoûtée d'un autre oiseau, même si ce n'est que sur vidéo, les aide à éviter les proies désagréables en reconnaissant leurs marques. Des mésanges apprennent à éviter les aliments...