Une-grotte-en--sibérie-dévoile-la-technologie-des-Denisoviens
Les fouilles de la grotte de Denisova en Sibérie ont permis de découvrir près de 80 000 objets en pierre que des humains maintenant éteints ont laissés sur une période de 150 000 ans. Collectivement, elles semblent montrer comment la technologie développée par les Dénisoviens a évolué au cours de l’âge de la pierre, pour aboutir à la production de bracelets, de perles et de diadèmes il y a environ 50 000 ans.

Les technologies des Dénisoviens 

La grotte de Denisova se trouve dans une vallée fluviale dans les montagnes de l’Altaï, à quelques centaines de kilomètres de la frontière russe avec le Kazakhstan, la Mongolie et la Chine. Les restes humains anciens dans cette grotte sont extrêmement rares, mais les artefacts ne le sont pas. «Il y a beaucoup d’objets en pierre dans la grotte de Denisova, ainsi que de nombreux outils en os et en bois dans les niveaux supérieurs», explique Richard Roberts à l’Université de Wollongong en Australie.
Environ 4300 spécimens ont été trouvés à l’entrée de cette grotte, 14 000 dans la chambre principale et 60 000 dans la chambre Est. Maxim Kozlikin de l’Académie russe des sciences de Moscou et ses collègues ont étudié 37 000 de ces outils de la chambre Est pour avoir une idée de l’évolution technologique sur ce site.
Les spécimens les plus anciens se trouvent dans des couches de terre de plus de 200 000 ans, selon une technique appelée datation optique. Ces artefacts montrent que les habitants de la grotte ont utilisé la méthode dite « Levallois » pour fabriquer des outils. Cette technique relativement sophistiquée était populaire à cette époque en Afrique et en Eurasie. Elle consiste à ébrécher soigneusement une pierre pour en retirer de gros éclats plats aux arêtes vives qui pouvaient servir d’outils.

Ils ont commencé à utiliser la « métode Levallois » 

Il y a environ 150 000 ans, les personnes de la grotte de Denisova se détournaient de la production de gros éclats plats. Ils ont commencé à utiliser la méthode Levallois pour produire des lames de pierre étroites avec des côtés parallèles, certaines d’environ 3 centimètres de large et 10 centimètres de long. Cela marque une évolution vers des outils qui pourraient être utilisés avec plus de précision – comme des grattoirs pour le travail du bois ou comme ciseaux pour travailler et graver la pierre.
Les habitants de cette grotte avaient commencé à fabriquer des lames et des ciseaux en pierre de meilleure qualité il y a 60 000 ans – et environ 10 000 ans plus tard, ils utilisaient peut-être ces outils pour fabriquer des bijoux, y compris des perles en os, un bracelet en pierre verte polie et ce qui a été décrit comme un diadème en ivoire.
«L’utilisation de la pierre montre un développement évolutif progressif», explique Kozlikin, mais elle montre également une continuité. Par exemple, les artefacts de chaque période étudiée par son équipe ont été fabriqués avec de la pierre provenant des mêmes lits des rivières.
En partie à cause de cela, Kozlikin et ses collègues soutiennent que ces outils ont tous été produits par des Dénisoviens. Ils disent que cela est étayé par des preuves que des Dénisoviens ont occupé cette grotte pendant toutes ces périodes, y compris l’ADN qui a été récupéré de couches vieilles de 200000 ans, et leurs restes qui ont été trouvés dans des couches âgées d’environ 100000 et 60000 ans. À ce titre, ces outils montrent comment la technologie Dénisovienne a évolué au fil du temps.

Un chercheur conseille la prudence

Mais Bence Viola à l’Université de Toronto au Canada conseille la prudence. Nous savons également grâce aux restes humains et à l’ADN dans les sédiments de cette grotte que les Néandertaliens y étaient présents sporadiquement entre environ 190 000 et 100 000 ans. Ils auraient pu fabriquer certains de ces outils, dit-il.
Malgré leur réputation d’énigmes archéologiques, les Dénisoviens se comportaient probablement beaucoup comme les Néandertaliens et fabriquaient des outils similaires, explique Viola, « c’est exactement pourquoi il est si difficile de dire quel outil a été produit par quel humain ».
Il doute également que les Dénisoviens aient vraiment fait des bijoux il y a 50 000 ans, d’autant plus qu’un os vieux de 45 000 ans d’un site situé à 1 500 kilomètres au nord-ouest montre que notre espèce pourrait avoir été présente dans cette région.
Mais 1500 kilomètres sont une grande distance: Kozlikin souligne qu’il n’y a aucune preuve – pour l’instant – que notre espèce était plus proche de la grotte de Denisova si tôt dans la préhistoire. En tant que tel, il pense que nous ne pouvons pas exclure la possibilité que les Dénisoviens aient fait les ornements en utilisant des outils qu’ils avaient développés pendant 150 000 ans.

Une équipe pourrait régler ce débat

Roberts et ses collègues pourraient peut-être régler ce débat. Il a recueilli des échantillons dans les couches de cette grotte contenant des bijoux. Il espère les dater et voir s’ils contiennent de l’ADN humain. «Nous espérons que ces résultats jetteront un éclairage sur les espèces probables d’outilleur de ces bijoux», dit-il.
Cette recherche a été publiée dans Quaternary International.
Source : New Scientist
Crédit photo : Pixabay

Des outils Dénisoviens dévoilent leurs technologiesmartinPréhistoire
Les fouilles de la grotte de Denisova en Sibérie ont permis de découvrir près de 80 000 objets en pierre que des humains maintenant éteints ont laissés sur une période de 150 000 ans. Collectivement, elles semblent montrer comment la technologie développée par les Dénisoviens a évolué au cours...