un-dispositif-permet-de-prévoir-aggravation-de-la-santé-cardiaque
L’insuffisance cardiaque n’est pas nécessairement un phénomène qui survient d’un seul coup, mais plutôt d’un état en évolution qui doit être surveillé. Un nouveau dispositif portable est conçu pour faire cette surveillance, en détectant de manière préventive les changements qui pourraient finalement nécessiter une hospitalisation.

Un dispositif portable qui surveille l’état cardiaque d’un patient

Fabriqué par la société de biotechnologie californienne VitalConnect, le dispositif VitalPatch a récemment été testé dans le cadre d’une étude menée par l’université de la santé de l’Utah et le système de soins de santé de Salt Lake City.
Temporairement collé sur la poitrine du patient, il surveille en permanence son rythme cardiaque, sa fréquence cardiaque et sa fréquence respiratoire, et détecte les activités physiques telles que la marche, le sommeil et la posture du corps. Toutes ces données sont transmises par Bluetooth du patch à une application sur le smartphone du patient, d’où elles sont téléchargées sur un serveur dans le cloud.
Un algorithme basé sur l’apprentissage machine est ensuite utilisé pour analyser les données du capteur, en les comparant à une ligne de base préalablement enregistrée pour ce patient. Si des changements sont susceptibles d’être associés à une aggravation de son état, le patient est alerté par l’application. Très souvent, le patient ou son médecin ne remarquent ces changements que bien plus tard, et le problème peut alors s’aggraver.

Une prévision qui était exacte dans plus de 80 % des cas

Lors d’un récent test, 100 patients souffrant d’insuffisance cardiaque (âge moyen de 68 ans) ont porté ce patch 24 heures sur 24 pendant 30 jours, après avoir été libérés de l’hôpital pour un événement lié à l’insuffisance cardiaque. Tous les sujets du test étaient des militaires, et 98 % d’entre eux étaient des hommes.
Les chercheurs ont constaté que cette technologie permettait de prévoir les problèmes dans plus de 80 % des cas, soit en moyenne 6,5 jours avant la réadmission à l’hôpital. Les chercheurs espèrent maintenant qu’avec un tel système d’avertissement, ces réadmissions pourraient finalement devenir inutiles.

Un nouvel outil technologique pour les médecins

« Si nous pouvons identifier les patients avant que l’insuffisance cardiaque ne s’aggrave et si les médecins ont la possibilité de changer de thérapie sur la base de cette nouvelle prédiction, nous pourrions éviter ou réduire les hospitalisations, améliorer la vie des patients et réduire les coûts des soins de santé », déclare le Dr Josef Stehlik, de l’Université de l’Utah, auteur principal d’un article sur cette étude. « Grâce à l’évolution de la technologie et aux méthodes statistiques de l’intelligence artificielle, nous disposons de nouveaux outils pour y parvenir ».
Cette recherche a été publiée dans Circulation: Heart Failure.
Source : American Heart Association
Crédit photo : Pixabay