une-étudiante-découvre-17-exoplanètes-dont-une-potentiellement-habitable
Michelle Kunimoto, une étudiante en astronomie à l’Université de la Colombie-Britannique, a découvert 17 nouvelles planètes, dont un monde de la taille de la Terre qui est potentiellement habitable, en parcourant les données recueillies par la mission Kepler de la NASA.

Une étudiante découvre 17 exoplanètes

Au cours de sa mission initiale de quatre ans, le satellite Kepler a recherché des planètes, en particulier celles qui se trouvent dans les «zones habitables» de leurs étoiles, où de l’eau liquide pourrait exister à la surface d’une planète rocheuse.
Ces nouvelles découvertes incluent une planète particulièrement rare. Officiellement nommée KIC-7340288 b, cette planète découverte par Kunimoto est à peine 1 fois et demie de la taille de la Terre et dans la zone habitable de son étoile.
« Cette planète est à environ à mille années-lumière de la Terre, donc nous n’y arriverons pas de sitôt! » a déclaré Kunimoto, une doctorante au département de physique et d’astronomie. « Mais c’est une découverte vraiment passionnante, car il n’y a eu jusqu’à présent que 15 petites planètes confirmées dans la zone habitable trouvées dans les données de Kepler. »
Cette planète a une année de 142 jours et demi, et est en orbite autour de son étoile à 0,444 unités astronomiques, ce qui est juste plus grande que l’orbite de Mercure dans notre système solaire, et obtient environ un tiers de la lumière que la Terre obtient du Soleil.

Elle a déjà découvert quatre autres planètes

Sur les 16 autres nouvelles planètes découvertes, la plus petite ne fait que les deux tiers de la taille de la Terre – l’une des plus petites planètes jamais trouvées avec Kepler à ce jour. Le reste varie en taille jusqu’à huit fois la taille de la Terre.
Kunimoto n’est pas étrangère à la découverte des planètes: elle en a déjà découvert quatre au cours de son diplôme de premier cycle à l’UBC. Travaillant actuellement sur son doctorat à l’UBC, elle a utilisé ce qu’on appelle la «méthode du transit» pour rechercher ces planètes parmi les quelque 200 000 étoiles observées par la mission Kepler.
«J’ai pris des images des étoiles comme si elles venaient de l’espace, en utilisant l’optique adaptative», a-t-elle déclaré. « J’ai pu dire s’il y avait une étoile à proximité qui aurait pu affecter les mesures de Kepler, comme étant la cause de la baisse de la lumière. »
En plus de ces nouvelles planètes, Kunimoto a pu observer des milliers de planètes détectés par Kepler en utilisant la méthode du transit, et elle va réanalyser le recensement des exoplanètes dans son ensemble.

Une nouvelle recherche selon les températures des étoiles

«Nous allons estimer le nombre de planètes attendues pour des étoiles de températures différentes», a déclaré Jaymie Matthews, directeur de la thèse et professeur à l’Université de la Colombie-Britannique de Kunimoto. «Un résultat particulièrement important sera de trouver un taux d’occurrence des planètes dans la zone habitable. »
Cette recherche a été publié dans Astronomical Journal.
Source : University of British Columbia
Crédit photo : Pixabay

Une étudiante découvre 17 planètes dont une dans la zone habitablemartinEspace
Michelle Kunimoto, une étudiante en astronomie à l'Université de la Colombie-Britannique, a découvert 17 nouvelles planètes, dont un monde de la taille de la Terre qui est potentiellement habitable, en parcourant les données recueillies par la mission Kepler de la NASA. Une étudiante découvre 17 exoplanètes Au cours de sa mission...