un-robot-qui-pourrait-traiter-les-troubles-obsessionnels-compulsifs
Un robot qui imite les comportements des personnes souffrant de troubles obsessionnels compulsifs (TOC) pourrait nous aider à comprendre les causes de cette maladie, et même à améliorer la façon dont nous la traitons.

Un robot contre les troubles obsessionnels compulsifs

Les TOC implique une inquiétude obsessionnelle qui oblige les gens à effectuer des rituels comme le lavage répété des mains. Les personnes qui en souffrent ressentent de l’anxiété si elles ne peuvent pas accomplir ces compulsions.
Les chercheurs utilisent le robot pour recréer cette pulsion compulsive qui amène à accomplir une action. Les recherches en sont à leurs débuts, mais l’équipe a voulu nous donner un avant-goût des possibilités de ce robot.

Les fonctions du robot

Ce minuscule robot est programmé pour essayer d’atteindre trois objectifs : « manger », « faire sa toilette » et éviter les dommages causés par les chocs. Ce robot ne peut faire sa toilette qu’en entrant en collision avec un poteau, ce qui lui inflige des dégâts. Le toilettage est destiné à imiter un comportement qui peut être nuisible s’il est répété de manière excessive.
Tout comme dans notre cerveau, les entraînements du noyau du robot peuvent entrer en conflit les uns avec les autres. Ce robot mange en touchant des taches lumineuses sur le sol d’une enceinte d’environ un mètre carré, ce qui lui permet de se réapprovisionner en énergie. Mais les dommages causés par le toilettage épuisent l’alimentation en énergie du robot.
Lorsque ces motivations sont équilibrées et que le robot est mis en liberté, il manque d’énergie, et donc échoue, 10 % du temps. Pour recréer un comportement compulsif, les chercheurs ont modifié la motivation du robot à se toiletter en fixant le niveau de toilettage souhaité au-delà de ce que le robot peut atteindre. Dans ces conditions, le robot échoue dans 95 % du temps.

Les changements de comportements

Le traitement actuel des TOC consiste à exposer une personne aux choses qui déclenchent ses pensées obsessionnelles et les comportements compulsifs qui en résultent, puis à l’empêcher de réagir. Si ce robot peut s’adapter aux changements de son environnement qui imitent l’exposition aux déclencheurs, cela pourrait indiquer de futures façons d’améliorer les traitements, affirment les chercheurs.
« Montrer le modèle de robot fonctionnel aux patients, mais aussi leur montrer l’amélioration du robot après la thérapie, pourrait les aider à comprendre et à accepter les traitements souvent stressants dans lesquels ils sont exposés aux déclencheurs de leurs compulsions », explique Naomi Fineberg, de l’université de Cambridge, et membre de l’équipe qui a créé ce robot.
Une personne atteinte de TOC, peut craindre que les bizarreries de ce robot ne renforcent l’idée que les TOC sont dus à des comportements bizarres, plutôt qu’à des pensées obsessionnelles et angoissantes. Mais nous étudions les gens depuis des années, alors peut-être que les robots ont un rôle à jouer, explique un chercheur.

Un autre chercheur n’est pas convaincu

Cependant, Trevor Robbins, de l’université de Cambridge, n’est pas convaincu que ces robots puissent nous aider à comprendre ce qui se passe dans le cerveau des personnes souffrant de troubles obsessionnels compulsifs.
« Cela pourrait être un indice pour comprendre les TOC et simuler ce qui semble être un comportement répétitif », dit-il. « Mais on est loin de préciser comment cela peut se produire dans un système biologique ».
Cette recherche a été publiée dans Computational Psychiatry.
Source : New Scientist
Crédit photo : Pexels

Un robot pour traiter les troubles obsessionnels compulsifsmartinRobot
Un robot qui imite les comportements des personnes souffrant de troubles obsessionnels compulsifs (TOC) pourrait nous aider à comprendre les causes de cette maladie, et même à améliorer la façon dont nous la traitons. Un robot contre les troubles obsessionnels compulsifs Les TOC implique une inquiétude obsessionnelle qui oblige les gens...