un-médicament-renforce-immunothérapie-contre-le-cancer
L’immunothérapie est devenue un outil puissant dans la lutte contre le cancer, mais il existe encore de nombreuses façons d’éviter que cette maladie ne progresse. L’une des astuces utilisées par les cellules cancéreuses pour échapper à une attaque consiste à se protéger derrière un type particulier de cellule saine. Les scientifiques de l’université de Southampton ont trouvé une nouvelle façon d’intervenir dans ce processus en utilisant un médicament développé à l’origine pour traiter les tissus cicatriciels.

Un médicament permet à l’immunothérapie de mieux fonctionner

En exploitant les défenses immunitaires de l’organisme et en renforçant leur capacité à attaquer le cancer, l’immunothérapie a offert un éventail d’options en matière de traitement du cancer. L’une des façons d’y parvenir est d’augmenter l’efficacité des cellules immunitaires appelées lymphocytes, en renforçant leur capacité à infiltrer les tumeurs et à éliminer les cellules malignes.
Mais la plupart du temps, les lymphocytes ne parviennent pas à passer, et ainsi la tumeur continue à croître. Des scientifiques de l’université de Southampton ont étudié les raisons de ce phénomène et les raisons pour lesquelles de nombreux patients ne répondent pas à l’immunothérapie, et ils pensent maintenant avoir trouvé des réponses.
L’équipe a mené des expériences sur des souris atteintes des cancers du poumon et du colon, puis observant comment les cellules cancéreuses peuvent détourner un type normal de cellule appelé fibroblaste, en l’utilisant comme bouclier pour se cacher de l’attaque des lymphocytes. Dans ces cas, on les appelle des fibroblastes associés au cancer (CAF), et les scientifiques pensent qu’ils jouent un rôle essentiel pour empêcher l’immunothérapie de fonctionner, car de nombreux cancers solides présentant une forte concentration de ces cellules.

Inhiber l’enzyme NOX4 qui est essentiel à la formation des CAFs

Des recherches antérieures ont montré qu’une enzyme appelée NOX4 était essentielle à la formation des CAFs, et l’équipe a donc entrepris d’étudier comment ils pourraient inhiber son activité. Dans leurs expériences sur des souris, l’équipe a bloqué l’enzyme NOX4 à la fois par génie génétique et par un médicament appelé Setanaxib, qui est actuellement testé cliniquement pour traiter la cicatrisation des tissus organiques.
L’équipe a découvert que cette approche permettait de prévenir la formation de CAFs, laissant les tumeurs exposées et plus susceptibles aux attaques du système immunitaire. À tel point que l’équipe a découvert que lorsque les souris étaient traitées avec le Setanaxib, celui-ci augmentait jusqu’à dix fois la pénétration des cellules immunitaires dans les tumeurs, réduisant ainsi leur taille de plus de 50 %. Combiné avec diverses immunothérapies, ce traitement a réduit la taille des tumeurs de 75 % et a pratiquement doublé le temps de survie.

Cibler l’enzyme NOX4

« L’immunothérapie du cancer a été un développement très intéressant, mais elle ne fonctionne toujours pas très bien chez plusieurs patients », déclare le professeur Gareth Thomas, auteur de cette étude. « Nos résultats suggèrent que dans de nombreux cas, la résistance au traitement est causée par les CAFs, et nous pensons que cela peut être surmonté en ciblant l »enzyme NOX4. Notre inhibiteur, le GKT137831, n’a pas encore été testé sur des patients cancéreux, mais nous espérons qu’il pourrait donner aux médicaments d’immunothérapie une bien meilleure chance de combattre efficacement les cellules cancéreuses; cette technique pourrait améliorer considérablement le taux de réussite de l’immunothérapie contre le cancer ».
Selon l’équipe, les prochaines étapes consistent à voir si ces résultats peuvent être reproduits chez l’homme.
Cette recherche a été publiée dans Cancer Research.
Source : University of Southampton
Crédit photo : Pixabay

Le Setanaxib renforce l'immunothérapie contre le cancermartinbiothechnologie
L'immunothérapie est devenue un outil puissant dans la lutte contre le cancer, mais il existe encore de nombreuses façons d'éviter que cette maladie ne progresse. L'une des astuces utilisées par les cellules cancéreuses pour échapper à une attaque consiste à se protéger derrière un type particulier de cellule saine....