les-forêts-tropicales-absorbent-moins-de-CO2

Les scientifiques ont averti que le monde devra réduire ses émissions de carbone à zéro avant 2050, après avoir constaté que les forêts tropicales perdent leurs capacités à éliminer le CO2 de l’atmosphère.

Réduire les émissions de carbone

Les modèles de changement climatique prédisent que les forêts en Afrique et en Amazonie serviront de puits d’émissions de carbone pendant la seconde moitié de ce siècle, mais maintenant Simon Lewis de l’Université de Leeds, Royaume-Uni et ses collègues ont découvert que l’Amazonie pourrait se transformer en un émetteur net de carbone en aussi peu que 15 ans.

«C’est sombre,  si sombre. C’est le document le plus inquiétant que j’ai écrit », explique Lewis. L’équipe a examiné les relevés au sol de 300 000 arbres sur 30 ans dans ces deux régions et a constaté que l’absorption de CO2 en Amazonie avait déjà considérablement diminué, l’Afrique devant suivre.

Les forêts intactes à travers ces régions ont éliminé seulement 6% des émissions de CO2 dans les années 2010, soit environ 25 milliards de tonnes de CO2. Dans les années 90, lorsque les puits de carbone ont atteint leur apogée, ils en ont retiré environ 17%. Ce changement était dû au rétrécissement des forêts, aux arbres restants qui poussaient moins facilement et absorbaient donc moins de CO2.

L’Amazonie pourrait devenir une source de carbone

En utilisant ces observations pour modéliser l’avenir, l’équipe a découvert que l’Amazonie pourrait devenir une source de carbone d’ici 2035. Le point de basculement pour l’Afrique était suffisamment loin dans le futur pour que les chercheurs ne projettent pas de dates précises, mais d’ici 2030, son puits devrait absorber 14% de moins de CO2 qu’en 2010-15.

À l’échelle mondiale, la quantité d’émissions de CO2 produit par l’humanité et éliminées par les forêts augmente, car des concentrations de CO2 et des températures plus élevées ont entraîné une croissance accrue des arbres dans les régions tempérées, ce qui, pour l’instant, a compensé les pertes dans les tropiques.

Ces dernières années, il y a eu des appels à de plus en plus pressants de la part des scientifiques afin de réduire les émissions mondiales à zéro d’ici 2050 pour éviter que la température augmente de plus de 1,5 ° Celsius. Mais ce délai est basé sur des modèles climatiques qui supposent que les forêts tropicales resteront des puits de carbone dans la seconde moitié de ce siècle. Comme cela ne semble plus possible, Lewis dit que nous aurons «besoin de coupes plus rapides et plus importantes pour arriver à zéro net de CO2» avant 2050.

Une bonne étude quant à l’estimation des puits de carbone des forêts

Erika Berengeur de l’Université d’Oxford, qui n’a pas participé à cette analyse, dit que cette étude fournit une bonne estimation des puits de carbone des forêts tropicales, mais leur capacité réduite à absorber le CO2 ne devrait pas être utilisée comme excuse pour les abattre.

Elle note que cette étude se concentre uniquement sur les forêts intactes et souligne que même si de vastes zones de la forêt amazonienne ont été perturbées par les activités humaines, ces parties jouent toujours un rôle vital dans l’absorption du CO2.

Cette recherche a été publiée dans Nature.

Source : New Scientist
Crédit photo : Pixabay