un-combo-de-médicaments-contre-le-cancer
Des chercheurs ont identifié une nouvelle combinaison de médicaments prometteuse qui pourrait considérablement aider le système immunitaire à cibler les cellules cancéreuses et à les tuer.

Une combinaison de médicaments contre le cancer

Cette étude décrit un traitement qui fonctionne en combinant une dose intraveineuse d’un médicament anti-nausée, la prochlorpérazine, avec des traitements anticancéreux existants. La professeure agrégée Fiona Simpson, scientifique à l’Université du Queensland (UQ), qui a dirigé ce projet de recherche a déclaré que cela pourrait mener à de nouveaux traitements pour certains cancers.
Elle a passé la dernière décennie à travailler sur le projet de recherche, un hommage à sa mère qu’elle a perdue à cause du cancer en 1999. « Le médicament anti-nausée agit en modifiant la surface des cellules tumorales afin que les médicaments anticancéreux existants qui ciblent les tumeurs soient en mesure d’interagir avec le système immunitaire plus efficacement », a déclaré la Dr Simpson.
«Le résultat est que les cellules cancéreuses deviennent des cibles qui ne peuvent plus échapper au système immunitaire. Nous avons observé un processus que nous n’avions jamais vu auparavant et qui a augmenté la capacité des cellules immunitaires «tueuses naturelles» à s’attacher au cancer et à le tuer. C’est presque comme si les cellules tueuses s’agrippaient sur les cellules tumorales. »

Des médicaments anticancéreux existants

Ce traitement peut être combiné et améliorer avec des médicaments anticancéreux existants comme le cétuximab, le trastuzumab et l’avelumab, et il a été testé sur des tumeurs de la tête et du cou, du sein et les cancers colorectaux métastatiques chez la souris, ainsi que sur cinq patients atteints d’un cancer de la tête et du cou.
« Ces patients héroïques se sont portés volontaires pour un « essai sans bénéfice », consentant à une biopsie tumorale suivie d’une transfusion intraveineuse de 20 minutes de Stemetil, puis d’une autre biopsie », a déclaré la Dr Simpson. « Nous avons pu montrer que le Stemetil altérait la surface des cellules tumorales chez ces patients. »
Après ces premiers résultats, les chercheurs ont combiné le Stemetil avec un anticorps anticancer entraînant la disparition de toutes les tumeurs de dix souris atteintes d’un cancer de la tête et du cou. La Dr Simpson était curieuse de voir ce qui se passerait si son équipe réintroduisait le même cancer chez les souris quatre semaines plus tard.

Une « mémoire immunitaire » protectrice

« Étonnamment, leur cancer a été rapidement éliminé – comme si cette nouvelle combinaison, en plus d’être plus efficace, pouvait également enseigner au système immunitaire comment mieux reconnaître les cellules cancéreuses », a déclaré la Dr Simpson. « Les souris ont développé une immunité à long terme contre le cancer qu’elles avaient eu initialement. »
Le groupe de recherche sur le cancer Fiona Simpson a travaillé avec des immunologistes experts, dont le Dr James Wells de l’UQ, pour traduire les résultats de cette recherche en traitements pour des patients humains. « Notre vision à long terme consiste à utiliser cette approche non seulement pour éliminer le cancer d’un patient dans l’immédiat, mais aussi pour empêcher son cancer de réapparaître en établissant une « mémoire immunitaire » protectrice », a déclaré la Dr Wells.

L’équipe termine un essai de sécurité

L’équipe de la Dr Simpson est en train de terminer un essai de sécurité de la combinaison de Stemetil et de cetuximab dans le cancer de la tête et du cou, le cancer du sein triple négatif et les patients atteints de carcinome adénoïde kystique à l’hôpital Princess Alexandra.
Cette recherche a été publiée dans Cell.
Source : University of Queensland
Crédit photo : PXhere