le-rsique-de-décès-augmente-avec-âge
Les personnes infectées par le nouveau coronavirus sont plus susceptibles de mourir si elles sont plus âgées ou présentent des signes de septicémie ou des problèmes de coagulation sanguine. C’est ce qui ressort d’une étude qui a suivi un petit groupe de personnes infectées par le virus covid-19, du diagnostic à la sortie de l’hôpital ou au moment du décès.

L’âge serait un indicateur du risque de décès

Au début de l’épidémie, deux hôpitaux de Wuhan, en Chine, ont été désignés pour traiter les personnes infectées par le coronavirus. Jusqu’au 1er février, les personnes chez qui ce virus avait été diagnostiqué dans d’autres hôpitaux de la ville étaient transférées dans l’un des deux pour y être soignées.
Au 31 janvier, 191 adultes avaient été traités pour ce virus et avaient obtenu leur congé ou étaient décédés dans ces deux hôpitaux. Bin Cao, de l’hôpital Friendship Chine-Japon et de l’université de médecine de la capitale à Pékin, et ses collègues ont évalué ces cas, en recherchant les caractéristiques des personnes qui ont survécu à ce virus et de celles qui n’y ont pas survécu.
L’âge moyen de ces personnes était de 56 ans, et 62 % étaient des hommes. Environ la moitié des personnes traitées présentaient des problèmes médicaux sous-jacents, le plus souvent du diabète et de l’hypertension artérielle.
Sur les 191 individus, 137 ont finalement été renvoyé chez eux et 54 sont morts. Le temps moyen entre le début de la maladie et la sortie de l’hôpital était de 22 jours, selon l’équipe. Ceux qui n’ont pas survécu à ce virus sont morts en moyenne 18,5 jours après les débuts des symptômes.

Plusieurs maladies seraient un autre indicateur

La mort était plus probable chez les personnes déjà atteintes de diabète ou de maladies coronariennes. Les personnes âgées étaient plus susceptibles de mourir, tout comme celles qui présentaient des signes de septicémie ou des problèmes de coagulation sanguine. Dans l’ensemble, plus de la moitié des personnes hospitalisées ont développé une septicémie.
« Les résultats moins bons chez les personnes âgées peuvent être dus, en partie, à l’affaiblissement du système immunitaire lié à l’âge et à l’augmentation de l’inflammation qui pourrait favoriser la réplication virale et des réponses plus prolongées à l’inflammation, causant des dommages au cœur, au cerveau et à d’autres organes », a déclaré le coauteur de cette étude, Zhibo Liu, de l’hôpital Jinyintan de Wuhan.

L’excrétion virale serait importante pour l’isolement des patients

L’équipe a également découvert que les personnes atteintes de covid-19 continuaient d’excréter ce virus, et pourraient donc être en mesure d’infecter d’autres personnes, pendant environ 20 jours, ou jusqu’à leur mort. « L’excrétion virale prolongée constatée dans notre étude a des implications importantes pour orienter les décisions concernant les précautions d’isolement et le traitement antiviral des patients dont le covid-19 est confirmé », a déclaré M. Cao.
Cette recherche a été publiée dans The Lancet.
Source : New Scientist
Crédit photo sur Unsplash : Macau Photo Agency

Coronavirus : le risque de décès augmente avec l'âgemartinBiologie
Les personnes infectées par le nouveau coronavirus sont plus susceptibles de mourir si elles sont plus âgées ou présentent des signes de septicémie ou des problèmes de coagulation sanguine. C'est ce qui ressort d'une étude qui a suivi un petit groupe de personnes infectées par le virus covid-19, du...