"les-éoliennes-pourraient-nettoyer-notre-air
En plus de produire de l’énergie renouvelable, les éoliennes pourraient bientôt éliminer la pollution atmosphérique. Zhong Lin Wang, du Georgia Institute of Technology à Atlanta, et ses collègues ont mis au point un dispositif éolien capable d’absorber et de décomposer simultanément les polluants atmosphériques.

Les éoliennes contre les polluants de l’air

Il ressemble à une éolienne horizontale avec cinq hémisphères transparents de 25 centimètres de diamètre au bout des bras qui agissent comme des pales en forme de coupe. Celles-ci canalisent également l’air vers une chambre remplie d’eau où les oxydes d’azote gazeux se dissolvent pour produire des ions de nitrate et de nitrite.
Ces gaz, que l’on trouve dans les émissions des véhicules et qui sont libérés par les combustibles fossiles, peuvent être nocifs. Ils comprennent l’oxyde nitrique et le dioxyde d’azote, qui contribuent au smog et aux pluies acides.
L’appareil est alimenté par plusieurs générateurs qui convertissent l’énergie mécanique des pales en mouvement en électricité. La rotation des pales fait que les générateurs de la turbine produisent un courant électrique qui est utilisé pour alimenter les réactions électrochimiques impliquant les ions nitrate et nitrite.

Les polluants sont convertis en d’autres composés

Au cours de ce processus, ces substances sont converties en d’autres composés tels que l’ammoniac et l’azote, puis stockées. La mousse de nickel – une forme solide du métal qui est poreuse – est utilisée comme catalyseur.
Les chercheurs ont découvert que ce dispositif pouvait efficacement dégrader les oxydes d’azote lorsqu’il était actionné par un ventilateur qui crée un vent de 6 mètres par seconde. Ils l’ont testé pendant 24 heures et ont constaté une réduction significative de la concentration des ions nitrites dans la chambre remplie d’eau, et une augmentation du gaz ammoniac, qui est capturé dans une chambre.

Elles seraient utiles dans les villes

L’équipe suggère que ces turbines pourraient par exemple, être utiles dans les villes, en les installant au sommet des lampadaires pour éliminer la pollution de l’air.
Cette recherche a été publiée dans ACS Nano.
Source : New Scientist
Crédit photo : Pixabay