les-statines-privent-le-cancer-de-nutriments
Les médicaments à base de statines sont couramment pris pour aider à gérer le taux de cholestérol, et ils ont fait leurs preuves en matière de prévention des crises cardiaques et des accidents vasculaires cérébraux chez les patients à risque. Mais aujourd’hui, des chercheurs de la Johns Hopkins Medicine ont découvert qu’ils peuvent également tuer certaines cellules cancéreuses en les privant de nutriments, et ont mis au jour le mécanisme qui permet de faire cela.

Les statines contre le cancer

Lors d’expériences menées en laboratoire sur des cultures de cellules modifiées, les chercheurs ont découvert que les statines étaient efficaces contre les cellules cancéreuses qui présentaient une mutation dans un gène appelé PTEN. Un type de statine en particulier, appelé pitavastatine, est parvenu à tuer presque toutes les cellules cancéreuses sans affecter les nombreuses cellules humaines saines qui les entourent.
Les chercheurs n’ont pas cherché à tester spécifiquement les effets des statines sur le cancer – ils ont travaillé dans l’autre sens. L’équipe a parcouru une base de données de la FDA de 2 500 médicaments pour voir lesquels pourraient agir contre le cancer, et les statines sont apparues comme l’un des plus efficaces.
Ensuite, les chercheurs ont étudié le fonctionnement des statines. L’un des effets connus de ces médicaments est qu’ils bloquent la production d’une molécule appelée géranylgéranyl-pyrophosphate (GGPP) – et il s’avère que cette molécule peut être vitale pour la survie des cellules cancéreuses.
Pour tester cette molécule, l’équipe a ajouté du GGPP et de la pitavastatine à des cellules cancéreuses mutées par le PTEN, et elles ont survécu à l’attaque. Lorsque les chercheurs ont ensuite fabriqué des cellules cancéreuses sans enzyme produisant des GGPP, elles n’ont pas survécu longtemps sans mourir.

Les cellules cancéreuses ont cessé de se mouvoir

Il est intéressant de noter que l’équipe a remarqué que les cellules ont cessé de se déplacer au moment de leur mort, ce qui suggère qu’elles ne recevaient pas assez d’énergie de leur environnement. Pour tester cette idée, les chercheurs ont alors ajouté des marqueurs fluorescents aux protéines que les cellules consomment pour leur énergie, puis ont placé ces protéines dans un environnement autour des cellules humaines saines et des cellules cancéreuses.
Certaines cellules cancéreuses ne se sont pas mises à briller. Cela indique qu’elles ne consommaient pas beaucoup de protéines, ce qui indique à l’équipe que les statines agissent en privant le cancer de nutriments. En revanche, les cellules saines ont commencé à briller, ce qui indique que les statines ne les empêchaient pas de se nourrir.

La prochaine étape sera de tester les statines chez l’humain

Aussi intéressante que soit cette étude, elle n’a été menée que sur des cellules en culture, et ses effets pourraient ne pas se traduire aussi bien dans le corps humain. C’est l’objet de la prochaine phase de cette recherche, selon l’équipe.
Cette recherche a été publiée dans PNAS.
Source : Johns Hopkins Medicine
Crédit photo : Pexels