un-matériau-flexible-pour-remplacer-les-biotissus
Lorsque des scientifiques suédois ont récemment entrepris de créer un matériau rigide de remplacement des os, ils ont fini par produire par inadvertance une substance souple et caoutchouteuse. Mais ce n’est pas grave, car elle pourrait s’avérer encore plus utile que le substitut osseux.

Un matériau biocompatible flexible et élastique

Développé par une équipe de l’université de technologie de Chalmers, ce matériau biocompatible a une composition similaire au plexiglas, qui est déjà utilisé dans diverses applications médicales. Toutefois, contrairement au plexiglas, il est très souple, flexible et élastique, et il est rempli d’un réseau tridimensionnel de pores à l’échelle nanométrique.
Ces nanopores peuvent être chargés de médicaments, qui se dissipent progressivement hors du matériau. Cela signifie qu’un morceau de ce matériau chargé de médicaments pourrait être implanté dans le corps pour délivrer un médicament exactement là où il est nécessaire, minimisant ainsi les effets secondaires et les doses plus élevées qui seraient associées à l’administration orale du même médicament.

Pour remplacer le cartilage 

Il pourrait en outre être utilisé pour remplacer le cartilage ou d’autres tissus mous dans l’organisme. Cela pourrait impliquer l’impression en 3D de pièces de rechange (comme les cartilages des genoux) à l’avance, puis leur implantation par des méthodes chirurgicales traditionnelles. Mais comme ce matériau est d’abord un fluide visqueux, il pourrait aussi être injecté par une petite ouverture – il prendrait alors sa forme caoutchouteuse une fois à l’intérieur du corps.
Cela dit, la première utilisation proposée de ce matériau est celle de cathéters urinaires résistants aux infections. Leurs surfaces seraient revêtues de protéines appelées peptides, qui tueraient les bactéries nocives au contact de ce matériau chargé d’antibiotiques. Cette technologie est commercialisée par la société Amferia.
Un article sur cette recherche a été récemment publié dans la revue ACS Nano.
Source : Chalmers University of Technology
Crédit photo : Pixabay