les-oiseaux-sont-les-canaries-du-changement-climatique

Une étude sur les oiseaux menée par l’Université nationale australienne (ANU) permet de mieux comprendre comment les oiseaux et les mammifères réagissent à un monde qui se réchauffe rapidement. Les chercheurs affirment que leurs résultats offrent un aperçu des pressions que les populations sauvages doivent gérer pour survivre. La survie future des populations animales dépendra de leur capacité à répondre au changement climatique.

Les oiseaux pour mieux comprendre le changement climatique

En plus de changer de lieu ou d’avancer le moment de la reproduction pour suivre les saisons de réchauffement, certains animaux ont montré des changements dans la taille moyenne de leur corps. Malgré les prédictions théoriques selon lesquelles la taille du corps diminuera avec l’augmentation des températures, certaines espèces ont augmenté en taille. À ce jour, aucune étude n’a pu rendre compte de la variation des tendances en matière de taille.

Une équipe dirigée par le Dr Janet Gardner a mesuré des milliers de spécimens de musée de 82 espèces d’oiseaux australiens afin d’étudier les changements de taille corporelle au cours des 50 dernières années. Ils ont également mesuré la façon dont le climat a changé dans l’aire de répartition de chaque espèce pendant cette période de réchauffement rapide.

« Les oiseaux sont vraiment les « canaris dans la mine de charbon » quand on parle de l’impact du changement climatique sur les animaux », a déclaré le Dr Gardner. « Comme les oiseaux ne peuvent transporter que des réserves corporelles limitées en raison des contraintes de vol, ils peuvent être plus vulnérables au changement climatique que les mammifères ».

Les oiseaux changent leur taille selon leurs situations géographiques

Cette étude révèle que les oiseaux suivent le changement climatique en réduisant ou en augmentant leur taille, selon leur situation géographique et le climat qu’ils connaissent. « Dans les climats très chauds et secs, tels que les déserts, les oiseaux ont tendance à augmenter leur taille. Nous pensons que cela est dû au fait que les petits oiseaux ont moins de chances de survivre aux vagues de chaleur, qui sont devenues plus fréquentes au cours des 50 dernières années », a déclaré le Dr Gardner.

« Avec une plus grande taille, les oiseaux ont la capacité de transporter plus de réserves corporelles, ce qui peut permettre aux individus de survivre plus longtemps lorsqu’ils sont exposés à des vagues de chaleur et à d’autres événements extrêmes. « Cependant, devenir plus grand a son propre coût – devenir trop grand et il devient difficile de se débarrasser efficacement de la chaleur. Il est prouvé que les populations de certaines grandes espèces d’oiseaux du désert des Mojaves, aux États-Unis, se sont effondrées en réaction à la hausse des températures ».

Selon le Dr Gardner, au cours de la même période, les oiseaux des régions tempérées où les températures hivernales se réchauffent ont réduit leur taille. « Des oiseaux plus petits pourraient être capables de survivre à ces hivers plus doux, alors qu’ils ne le pouvaient pas il y a 50 ans », a-t-elle déclaré.

L’importance de documenter ces changements dans les populations d’oiseaux

La question de savoir si les animaux peuvent changer assez vite pour suivre le réchauffement rapide du climat reste ouverte et nécessite une attention urgente, a déclaré le Dr Gardner. « Il y a une limite à la quantité de changement de taille du corps sans affecter la survie et la reproduction d’une espèce. C’est pourquoi il est si important de documenter ces changements dans les populations d’oiseaux », a-t-elle déclaré.

« Les oiseaux du désert en Australie que nous avons étudiés semblent particulièrement vulnérables. Notre étude indique que les oiseaux et les mammifères des climats chauds et secs du monde entier sont susceptibles d’être vulnérables ».

Cette recherche a été publiée dans Proceeding of the Royal Society B.

Source : Australian National University
Crédit photo : Pixabay