un-scanner-pour-diagnostiquer-les-traumatismes-crâniens
Un scanner à ultrasons pourrait être utilisé pour diagnostiquer plus rapidement les victimes d’accidents vasculaires cérébraux, et pourrait même un jour servir à vérifier les blessures à la tête des sportifs alors qu’ils sont encore sur le terrain.

Un scanner à ultrasons

Les ultrasons produisent des images de l’intérieur d’un corps en transmettant et en enregistrant les échos des ondes sonores. Il est le plus souvent utilisé pour mesurer la taille des fœtus pendant la grossesse. Lluís Guasch de l’Imperial College de Londres et ses collègues ont maintenant mis au point une version qui produit des images échographiques tridimensionnelles du cerveau humain M. Guasch espère qu’elle pourra un jour être utilisée pour aider les victimes d’accidents vasculaires cérébraux et les personnes ayant subi un traumatisme crânien.
Les personnes qui ont un accident vasculaire cérébral doivent être diagnostiquées rapidement car les contre-mesures doivent être prises rapidement pour éviter d’autres dommages, mais le traitement diffère selon la nature de l’accident. En général, le diagnostic n’est possible qu’à l’aide de l’imagerie cérébrale, par IRM ou la tomodensitométrie.

Plus pratique que l’IRM ou la tomodensitométrie

Ces deux types de scanners ne peuvent être réalisés qu’à l’hôpital, ce qui signifie qu’il faut généralement attendre un certain temps avant de pouvoir diagnostiquer un accident vasculaire cérébral. « Toutes les quatre minutes, un retard dans le diagnostic d’un accident vasculaire cérébral peut entraîner des mois de convalescence supplémentaires », explique M. Guasch.
Jusqu’à présent, l’échographie n’était pas utilisée pour obtenir des images du cerveau, car l’image obtenue était déformée par les os du crâne. Mais cette nouvelle technique surmonte ce problème en associant les enregistrements à un algorithme qui tient compte de toute interférence produite par le crâne. « Nous n’avons jamais eu une telle puissance de calcul auparavant », déclare M. Guasch.

Un équipement plus petit et peu coûteux

Contrairement à l’IRM ou au scanner, cette méthode pourrait facilement être utilisée en dehors du cadre hospitalier car elle ne nécessite que des ondes sonores, et l’équipement est plus petit qu’un scanner ou un IRM et est relativement peu coûteux. Cela pourrait permettre au personnel paramédical de poser un diagnostic d’accident vasculaire cérébral dès qu’il rencontre le patient.
Cette technologie en est encore à ses débuts. Il faut quelques heures pour que cet algorithme produise des images sans interférence du crâne, mais les chercheurs sont convaincus qu’ils seront capables de produire des images en quelques minutes. L’équipe travaille sur un prototype ayant la forme d’un casque qui utilise cette technologie, dont M. Guasch espère qu’elle fera l’objet d’essais cliniques dans moins de deux ans.
Il spécule également qu’un tel casque pourrait un jour être utilisé par les responsables sportifs. « Nous pourrions l’utiliser pour exclure toute blessure grave avant de renvoyer les joueurs sur le terrain », dit-il.

Une technologie prometteuse

Nicholas Evans, de l’Université de Cambridge, affirme que si cette technologie est prometteuse, il reste encore beaucoup de défis à relever avant qu’elle puisse être utilisée dans un cadre clinique. « Cette technique doit être fiable, l’imagerie doit pouvoir être interprétée en temps réel et l’utilisation de cet équipement doit être conviviale pour les premiers intervenants sur le terrain », dit-il.
Cette recherche a été publiée dans npj Digital Medicine.
Source : New Scientist
Crédit photo : Pixabay

Un scanner pour diagnostiquer les traumatismes crâniensmartinTechnologie
Un scanner à ultrasons pourrait être utilisé pour diagnostiquer plus rapidement les victimes d'accidents vasculaires cérébraux, et pourrait même un jour servir à vérifier les blessures à la tête des sportifs alors qu'ils sont encore sur le terrain. Un scanner à ultrasons Les ultrasons produisent des images de l'intérieur d'un corps...