apprendre-aux-cellules-à-tuer-le-cancer-de-façon-plus-efficace

L’immunothérapie avec des lymphocytes génétiquement modifiés, tels que les cellules CAR-T, est l’une des branches les plus prometteuses de l’oncologie fondamentale et clinique moderne. Une cellule CAR-T est un lymphocyte T dont le génome contient un gène codant pour un récepteur d’antigène chimérique.

Utiliser les lymphocyte T

« Pour simplifier ce concept, on peut dire qu’un lymphocyte T est un soldat des forces régulières, et que les cellules CAR-T sont des forces spéciales qui accomplissent des tâches particulièrement difficiles. En même temps, les cellules CAR-T peuvent recevoir l’ordre de détruire presque tous les types de tumeurs », explique le chef de ce projet Emil Bulatov, professeur associé au département de biochimie, de biotechnologie et de pharmacologie, associé de recherche principal au laboratoire de technologie génétique et cellulaire.

Le processus est le suivant : les cellules tumorales contiennent à leur surface certaines protéines « phares », grâce auxquelles les cellules CAR-T peuvent les trouver dans le corps humain et les détruire. Dans le cas des maladies hématologiques, l’une de ces protéines est la CD19, qui se trouve à la surface des cellules B. Dans le cas des tumeurs solides, les protéines HER2, PCSA, ROR1 peuvent servir de balises. C’est la lutte contre les tumeurs solides qui constitue l’un des problèmes les plus complexes et les plus intéressants dans ce domaine.

Actuellement, il n’existe dans le monde que deux préparations de cellules biomédicales approuvées à base de cellules CAR-T pour le traitement des maladies hématologiques (Kymriah et Yescarta). Cependant, malgré le succès de la thérapie cellulaire CAR-T pour le traitement des maladies hématologiques, la question de son utilisation contre les tumeurs solides (carcinome, neuroblastome, etc.) reste non résolue.

Un traitement par l’immunothérapie CAR-T demeure pertinent

Cela est dû à plusieurs raisons, telles que la grande hétérogénéité de la composition cellulaire des tumeurs solides, le micro-environnement immunosuppresseur de la tumeur, les difficultés à pénétrer le stroma de la tumeur, l’hypoxie locale et le manque de nutriments à l’intérieur de la tumeur. Étant donné la forte prévalence des tumeurs solides, la recherche de moyens d’utiliser efficacement l’immunothérapie CAR-T pour leur traitement est extrêmement pertinente.

« Avec des collègues, nous avons déjà mené des expériences préliminaires sur des modèles animaux de xénogreffes avec une tumeur présente, et les résultats sont très encourageants. Les données obtenues sur des modèles cellulaires de tumeurs solides ont été généralement confirmées lors d’expériences ultérieures avec des souris immunodéficientes », déclare M. Bulatov.

Traiter les patients cancéreux de façon plus efficace

L’utilisation de cellules CAR-T n’était pas toxique pour les souris et a permis une réduction importante de la taille des tumeurs. « Nous pensons que ces travaux nous rapprocheront de la création de préparations cliniques de cellules CAR-T et d’un traitement pour les patients cancéreux. Les premières étapes de la mise en pratique de nos résultats se dérouleront au Centre de précision et de médecine régénérative de l’Université fédérale de Kazan », conclut le chercheur.

Cette recherche a été publiée dans Cancers.

Source : Kazan Federal University
Crédit photo : Pexels