utiliser-urine-pour-contruire-des-bases-lunaires
Des scientifiques étudient la possibilité d’utiliser l’urine des astronautes pour aider à fabriquer les premières bases lunaires. En utilisant les ressources récoltées sur la Lune, avec un peu d’aide des astronautes également, on espère que les premiers colons lunaires pourront réduire le coût du transport des matériaux de construction depuis la Terre.

Utiliser l’urine des astronautes 

De tels abris contribueraient à protéger les explorateurs du vide spatial, ainsi que des niveaux élevés de rayonnement, des fluctuations extrêmes de température et des impacts de micrométéorites. Aujourd’hui, de nouvelles recherches entreprises par une équipe internationale de scientifiques ont examiné si l’urine humaine pourrait être utilisée pour rendre les matériaux de construction lunaires moins coûteux.
L’équipe a examiné si l’urée présente dans l’urine pouvait être utilisée comme plastifiant dans un mélange d’impression 3D adapté à l’utilisation sur la surface lunaire. Un plastifiant est essentiellement un additif qui peut être inclus dans un mélange comme le béton pour le ramollir et le rendre plus facile à travailler avant qu’il ne durcisse. L’urée permet aux liaisons hydrogène de se rompre, ce qui réduit la viscosité du mélange sur lequel elle est appliquée.
Dans le cadre de cette étude, les chercheurs ont imprimé en 3D une série de tubes constituées de « boue » à partir du mélange comprenant de la régolite lunaire créé par l’Agence spatiale européenne auquel on a ajouté de l’urée et d’autres plastifiants.
L’équipe a découvert que ces tubes imprimés avec de l’urée comme plastifiant étaient capables de supporter de lourdes charges et conservaient leur stabilité. Après avoir été chauffés à 80 °Celsius, la résistance des tubes ont été testée et on a constaté qu’elle s’améliorait après avoir subi huit cycles de gel et de dégel, ce qui est semblables aux variations de température que l’on peut observer sur la surface lunaire.

L’eau dans l’urine pourrait également être utilisée

« Nous n’avons pas encore étudié comment l’urée serait extraite de l’urine, car nous évaluons si cela serait vraiment nécessaire, car peut-être ses autres composants pourraient aussi être utilisés pour former ce béton lunaire », commente l’un des auteurs de cette étude, le professeur Anna-Lena Kjøniksen de la Faculté d’ingénierie du Collège universitaire d’Østfold en Norvège.
« L’eau dans l’urine pourrait être utilisée dans ce mélange, avec celle qui peut être obtenue sur la Lune, ou une combinaison des deux ». Les chercheurs soulignent que des études plus approfondies sont nécessaires pour découvrir le matériau idéal à partir duquel les futurs colons pourront construire les premiers habitats lunaires.
Cette recherche a été publiée dans Journal of Cleaner Production.
Source : Servicio de Información y Noticias Científicas
Crédit photo : Pixabay